La coalition au pouvoir à Dilbeek perd sa majorité

La coalition qui dirige la commune brabançonne flamande de Dilbeek vient de perdre sa majorité, à la suite de la défection d’un élu démocrate-chrétien vers le parti libéral flamand. L’opposition (Open VLD et Union des Francophones) possède maintenant un siège de plus. La commune de Dilbeek (photo) est connue notamment pour son slogan "où les Flamands sont chez eux".

L'étroite majorité qui gouvernait Dilbeek, aux portes de la Région bruxelloise, depuis les élections communales de 2012 était composée de la N-VA, du CD&V-DNA et du groupe Groen-SP.A, comptant dix-huit sièges. L'opposition rassemblait l'Open VLD et le groupe Union des Francophones (UF), avec dix-sept élus.

Or, un conseiller élu sur la liste CD&V, Jos Crabbe, est passé à l'Open VLD, rejoignant ainsi les rangs des libéraux qu'il avait quittés voici plusieurs années. "Nous sommes surpris par ce transfert", a déclaré mercredi le bourgmestre, Willy Segers (N-VA).

"Cela peut avoir des conséquences graves pour Dilbeek. Un parti francophone a une partie de la solution en main", a-t-il ajouté.

L'échevin Jef Vanderoos (CD&V) a lui aussi exprimé sa déception, en disant craindre un blocage du conseil communal jusqu'aux prochaines élections, en octobre 2018. Mais il a attribué cette défection à des intérêts personnels liés à l'installation d'un sentier, l'un des points à l'agenda du conseil communal.