Un suspect avoue le meurtre à Dadizele

L’un des suspects de la fusillade qui a tué le 15 août un Anversois de 20 ans, à Dadizele en Flandre occidentale, a avoué avoir tiré le coup fatal. Il s’agit d’un homme de 26 ans originaire du village de Dadizele. D’après son avocat, il aurait tiré par accident et ne connaissait pas la victime anversoise.

Le suspect qui a avoué avoir causé la mort du jeune Anversois de 20 ans, le 15 août à Dadizele, affirme avoir tiré le coup fatal par accident pendant une bagarre à propos d’une vente de cannabis qui avait échoué. Il a indiqué aux enquêteurs où se trouve l’arme.

L’homme de 26 ans originaire de Dadizele déclare n’avoir pas eu l’intention de tirer, et le coup serait parti par accident. Il affirme ne pas connaître sa victime.

L’homme avait été appréhendé il y a deux semaines et a été interrogé pendant 5 heures. Il est passé aux aveux, indiquait son avocat Steven Hendryckx. "Mon client a fait une déclaration complète et a bien expliqué qu’il n’avait pas l’intention de tirer, et certainement pas de tuer quelqu’un. La balle est partie et n’a heureusement pas touché un de ses amis, mais malheureusement quelqu’un d’Anvers qu’il ne connaissait pas du tout".

Sept personnes au total avaient été appréhendées à la suite de la fusillade mortelle, dont deux Anversois âgés d’une vingtaine d’années, un homme de 26 ans de Dadizele, un homme de 27 ans de Gand, un homme d’une vingtaine d’année de Menin, et plus récemment deux hommes originaires de Dadizele, une commune rattachée à Moorslede.

Les deux Anversois, qui sont des amis de la victime, avaient été libérés sous condition, alors qu’il était rapidement apparu que le Gantois n’avait rien à faire avec cette affaire. L’homme de 26 ans avait également été libéré sous conditions, mais il ne les a pas respectées et avait de nouveau été arrêté.