Hasselt : le CD&V reprend le maïorat du SP.A

Au terme de deux jours de négociations, un accord est intervenu pour tirer le chef-lieu du Limbourg de l’impasse. La bourgmestre socialiste Hilde Claes, fille de l’ex-ministre Willy Claes (SP.A) et critiquée - notamment pour conflit d’intérêt - au sein de la coalition CD&V, Groen et SP.A mais aussi de son propre parti, a démissionné jeudi soir. Elle est remplacée par l’échevine du Bien-être Nadja Vananroye (CD&V, photo), qui est aussi présidente du CPAS. Elle veut avant tout ramener la sérénité à Hasselt. Le parti démocrate-chrétien reprend ainsi le maïorat de Hasselt, après 22 ans de maïorat socialiste.

A l’issue d’une journée entière de réunions et négociations, pour lesquelles les présidents du parti socialiste flamand John Crombez et du parti démocrate-chrétien flamand Wouter Beke s’étaient rendus à Hasselt jeudi, le chef-lieu du Limbourg semble sorti de l’impasse politique, après une réunion des personnalités politiques locales.

Hilde Claes (photo), fille de l’ancien ministre Willy Claes, donnait sa démission jeudi soir. Un conseil que lui avait d’ailleurs donné son père, pas sur le plan politique mais sur celui de sa santé. La bourgmestre de Hasselt doit en effet encore subir un traitement contre un cancer du sein.

Dans un communiqué, la socialiste de 48 ans annonçait jeudi soir, "le cœur triste", sa démission après des soupçons de conflit d'intérêts qui ont déchiré la section socialiste d'Hasselt, ainsi que son partenaire de cartel Groen, qui avait annoncé mercredi sa volonté de suspendre son association avec le SP.A.

En cause: les récentes révélations concernant l'attribution par la ville d'un marché public à une entreprise de communication dirigée par le mari de la cheffe de cabinet de la bourgmestre. "J'ai par le passé toujours défendu l'intérêt général. Et c'est encore le cas aujourd'hui. Je suis droit dans mes chaussures. Mais pour faire revenir le calme dans l'intérêt de Hasselt, des Hasseltois et de mon parti, j'ai décidé de démissionner de mes fonctions de bourgmestre", écrivait Hilde Claes dans un communiqué.

"Lourde décision qui force le respect"

Le véritable déclencheur de la tempête politique aura été le bal planifié par la bourgmestre pour ce dimanche. Plutôt que d'organiser un bal traditionnel, Hilde Claes avait préféré convié ses administrés à un événement baptisé "Dimanche avec Hilde" ('Zondag met Hilde'), avec le logo du SP.A à l'appui.

L'invitation est parvenue dans la boîte aux lettres avec le journal local de la ville. Face aux accusations de détournement des deniers publics à des fins personnelles, la bourgmestre socialiste avait répondu que l'invitation n'avait pas été envoyée avec le journal local et que tant l'invitation que sa distribution et la taxe avaient été payées par le SP.A local.

Hilde Claes criait ensuite au complot interne, se sentant trahie par ses propres camarades. Sur le plateau de la télévision régionale TV Limburg, elle avait chargé lourdement le député flamand Rob Beenders, qui dirige la section locale du SP.A, ainsi que l'échevine socialiste des Finances Valerie Del Re. Accusés de sournoiserie, mensonge, tromperie, arnaque, ceux-ci déclaraient à leur tour être tombés de leur chaise, assurant pour le premier avoir préparé avec la bourgmestre sa réaction dans la presse.

Les écologistes de Groen annonçaient alors suspendre provisoirement leur association avec le SP.A à Hasselt.

Jeudi soir, le président des socialistes John Crombez (photo) saluait le geste de Hilde Claes, "qui pendant des années s’est levée et est allée se coucher avec Hasselt à l’esprit. Humainement parlant, c’est une lourde décision qui force le respect". Elle enlève aussi au SP.A l’écharpe maïorale qu’il portait depuis 22 ans à Hasselt.

"Une gestion ouverte de la ville"

La position de Claes étant devenue intenable à Hasselt, le partenaire de coalition CD&V proposait son échevine du Bien-être Nadja Vananroye (photo) comme bourgmestre. Cette dernière est aussi présidente du centre public d’aide sociale de la ville limbourgeoise. Et elle a l’expérience de la gestion, notamment celle de l’hôpital Jessa de Hasselt.

La nouvelle bourgmestre de 43 ans s’est fixé comme priorité de ramener le calme à Hasselt, "pour permettre à la population d’être à nouveau fière de sa ville". Elle prône le dialogue et l’écoute, et une gestion ouverte de la ville.

Au micro de la VRT, Nadja Vananroye ne cachait pas non plus l’ambition de son parti de conserver l’écharpe maïorale hasseltoise après les prochaines élections communales.

Nicolas Maeterlinck