VLM Airlines pourrait redémarrer sous un autre nom

Les curateurs de la compagnie aérienne ancrée à l’aéroport régional de Deurne (Anvers), qui a déposé son bilan le 22 juin dernier, ont conclu un accord de principe sur la reprise de VLM Airlines. La VRT a appris de source fiable qu’un groupe d’investissement chinois était entré en contact avec les curateurs juste après la faillite, via son intermédiaire néerlandais. Cet investisseur chinois devrait donc reprendre la compagnie aérienne fondée en 1992. Les activités pourraient reprendre dans quelques mois.

Le candidat repreneur chinois aurait présenté un plan d’affaires détaillé et ambitieux. Il n’y serait pas seulement question de la reprise de la compagnie VLM Airlines en faillite, mais aussi du développement d’autres activités aéronautiques ailleurs en Belgique.

L’intermédiaire néerlandais qui a établi le contact entre l’investisseur chinois et les curateurs de VLM a déjà été impliqué par le passé dans des projets aéronautiques en France et aux Pays-Bas, mais sans grand succès.

L’homme est apparu il y a six ans sur l’avant de la scène, à Anvers, lorsqu’il a fait office de médiateur dans le dossier de reprise de l’usine Opel anversoise par un groupe d’investissement chinois. Ces projets avaient finalement été abandonnés.

Aux Pays-Bas, l’homme est controversé, notamment en raison de sa possible implication dans une affaire d’extorsion.

Reprendre les activités dans quelques mois?

L'entreprise SHS Aviation sera très probablement le repreneur de la compagnie aérienne VLM Airlines en faillite. Si l'accord est conclu, les vols pourraient reprendre d'ici quelques mois avec six appareils Fokker 50 et une cinquantaine de travailleurs. Le nom de la compagnie pourrait changer.

Après la faillite de VLM Airlines en juin, qui a causé 160 pertes d'emplois, plusieurs candidats repreneurs se sont présentés aux curateurs. Des contacts rapprochés ont été pris avec SHS Antwerp Aviation, filiale de SHS Aviation B.V., une société au capital néerlandais et chinois.

Dans un communiqué, la société précisait ce vendredi qu'il ne s'agit pas d'un redémarrage à proprement parler, car le personnel est licencié, mais bien d'une reprise de l'actif matériel et financier.

Les activités devraient reprendre dans quelques mois, sans que les destinations ne soient encore divulguées. L'accord, n'est pas encore totalement réglé, puisque la Direction générale Transport aérien (DGTA) doit encore donner son feu vert, tout comme les banques. Selon les curateurs, cela devrait prendre environ deux semaines.

Le maintien ou non de "VLM Airlines" comme nom de la compagnie n'est pas encore décidé. La question est actuellement étudiée par le repreneur..