Il y a 40 ans, la Belgique découvrait le virus Ebola

L'Institut de Médecine Tropicale (IMT) d'Anvers accueillera les pionniers de la première épidémie d'Ebola de 1976 et les acteurs d'aujourd'hui lors d'une conférence internationale qui se déroulera du 12 au 15 septembre. Au total, 250 chercheurs et spécialistes internationaux de la santé feront le point sur la recherche autour du virus.

En septembre 1976, l'IMT d'Anvers recevait un thermos contenant des tubes de sang d'une religieuse belge décédée d'une mystérieuse maladie à Yambuku, dans l'ancien Zaïre.

Cet événement avait alors mis Guido van der Groen et Peter Piot sur la piste d'un nouveau virus, qui sera baptisé Ebola et qui, grâce à ceux qui l'ont découvert, restera à jamais lié à Anvers.

Conférence internationale à Anvers

Le 12 septembre prochain, quelques 250 chercheurs et spécialistes internationaux de la santé, parmi lesquels Pr. van der Groen, Piot et d'autres figures clés, feront le point sur la recherche en urgence de traitements et de vaccins au cours de la récente épidémie de 2014, qui a coûté la vie à 11.000 personnes.

« Ebola fait partie de l'histoire passée et présente de l'IMT. Anvers constitue donc un lieu de choix pour envisager l'avenir avec des spécialistes internationaux. Que peuvent faire les chercheurs pour prévenir les épidémies mortelles, comme celle d'Afrique de l'Ouest, ou du moins pour les circonscrire rapidement, voilà la principale question », explique le Pr. Kevin Ariën, virologue et coorganisateur de cette conférence née de la collaboration avec la Coopération belge au Développement.

Les leçons tirées des autres épidémies des 40 dernières années seront également examinées. Par ailleurs, les spécialistes aborderont aussi la manière dont les soins de santé doivent être améliorés en Afrique subsaharienne pour éviter une nouvelle épidémie incontrôlable.

AP2014