Mossoul : des militaires belges se rapprochent du front

Une trentaine de militaires belges se rapprocheront cette année encore de la ligne de front avec le groupe djihadiste Etat islamique (EI), a indiqué le ministre de la Défense, Steven Vandeput (photo), ce lundi matin dans l’émission "De Ochtend" (Radio 1) de la VRT. Ces soldats ne seront néanmoins pas amenés à combattre sur le terrain.
LEFEVRE

Les soldats belges prêteront assistance depuis des centres internationaux fermés. "Ils ne courront pour l'essentiel pas plus de risque que dans leur environnement actuel en Irak", où ils contribuent à la formation de l'armée, a précisé le ministre Steven Vandeput (N-VA).

La Belgique participe à la coalition internationale contre l'Etat islamique. Depuis le mois de juillet dernier, des avion F-16 prennent part à l'offensive menée en Syrie, tandis que leur champ d'action était auparavant limité à l'Irak. Entretemps, les Etats-Unis et la Russie ont convenu de mener des attaques coordonnées en Syrie, si le cessez-le-feu intervenu tient la route.

Au cours de l'émission matinale "De Ochtend", ce lundi, le ministre de la Défense a dit attendre d'en savoir plus sur la demande de la coalition internationale pour connaître les conséquences de cette donnée sur l'implication de la Belgique. Dans tous les cas, la part de vols belges au-dessus de la Syrie est "limitée". Moins de 10% des vols organisés depuis le sol jordanien sont destinés à la Syrie.

La demande adressée à la Belgique d'une participation à une action plus proche de la ligne de front est actuellement examinée avec les Pays-Bas. L'intention n'est pas de prendre part au combat, mais davantage de prêter assistance depuis le centre international sécurisé. Par exemple par une meilleure coordination via le soutien aérien, a précisé le ministre Steven Vandeput.