L’assureur P&V supprimera 300 emplois d’ici 2020

Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, le groupe d’assurance belge P&V a annoncé un projet de transformation pour les quatre ans à venir, qui doit lui permettre de "rester un acteur solide sur un marché en évolution rapide". Il prévoit notamment la disparition de 300 emplois à temps plein d’ici 2020, mais sans licenciements secs.
ImageGlobe

L’assureur P&V, qui employait 1.738 collaborateurs en juin dernier, assure donc n'envisager aucun licenciement collectif, mais compte mener à bien la suppression de 300 emplois temps plein d’ici 2020 "par le biais des départs naturels, de la mobilité interne et de régimes de fin de carrière, et ce en concertation avec ses partenaires sociaux."

Le groupe d’assurance belge entend également réformer sa politique salariale. "Les collaborateurs seront rémunérés de façon compétitive tout en maîtrisant les coûts. Les discussions à cet égard ont débuté ce mardi avec les partenaires sociaux, afin d'envisager avec eux toutes les solutions possibles", poursuit le groupe.

"Cette réduction des coûts offre également des garanties supplémentaires quant au fait que le groupe P&V demeure, dans le futur aussi, un groupe d'assurances solide sur lequel les clients, agents et courtiers peuvent compter", commentait sa CEO, Hilde Vernaillen.

Secteur sous pression

Le projet de transformation du groupe P&V s'inscrit dans le cadre d'un marché des assurances en pleine évolution. Le secteur est en effet marqué par l'utilisation des nouvelles technologies et la numérisation, mais aussi par un environnement de taux au plancher qui pèse sur sa rentabilité et contraint les compagnies d'assurances à serrer la vis de leurs coûts.

Pour rappel, le groupe Axa a annoncé la semaine dernière un plan de restructuration pouvant mener à la suppression de 650 postes en deux ans.

P&V n'en reste pas moins une entreprise "financièrement saine", comme le confirment ses résultats 2015, qui l'ont vu progresser tant au niveau de ses encaissements que de son bénéfice net. Le volume des primes est ainsi passé de 1,517 milliard en 2014 à 1,573 milliard d'euros l'an dernier. Son bénéfice net, lui, a atteint 184 millions d'euros, contre 151 millions d'euros en 2014.

P&V indique enfin poursuivre ses investissements dans de nouveaux outils et de meilleures procédures de travail "afin de répondre aux évolutions digitales et aux attentes des clients."

L’actuelle compagnie P&V obtint son nom en 1993. Son origine remonte néanmoins à 1907, en tant que compagnie d’assurance coopérative Prévoyance Sociale, fondée par l’homme politique socialiste Louis Bertrand.