Jacobs Douwe Egberts veut fermer son site à Grimbergen

L’entreprise néerlandaise agro-alimentaire a annoncé ce jeudi son intention de fermer, dès janvier 2017, son site de production de café à Grimbergen, en Brabant flamand. Au total, 274 emplois sont menacés. Le groupe veut optimiser ses capacités de production et de distribution. La direction souligne un problème de surcapacité, de coûts et d’échelle de l’usine belge. Des séances d’information et de consultation avec les syndicats sont prévues.
BELGA/LALMAND

"Cette annonce rentre dans le cadre de la stratégie du groupe d'optimiser ses capacités de production et de distribution, et vise à établir un réseau d'approvisionnement plus adapté aux besoins en constante évolution des consommateurs et clients", a précisé l'entreprise Jacobs Douwe Egberts ce jeudi matin dans un communiqué.

"Si l'intention proposée était confirmée, elle aurait un impact significatif sur le personnel du site de Grimbergen. C'est pourquoi aucune décision définitive ne sera prise avant la fin du processus de consultation détaillé qui a débuté ce jeudi matin avec le conseil d'entreprise", a ajouté le groupe qui dit vouloir "donner la priorité à l'information et au dialogue avec les 274 collaborateurs potentiellement affectés".

Selon la proposition transmise au conseil d'entreprise et aux collaborateurs de Grimbergen, le groupe envisage de stopper la production dès janvier prochain. "A cette échéance, l'ensemble des produits fabriqués sur le site serait transféré vers d'autres unités de production du groupe", a encore indiqué la société.

"Depuis sa création en 1973, l'usine de Grimbergen a joué un rôle clef dans l'approvisionnement en café pour l'Europe occidentale. Nous reconnaissons les efforts importants de nos collaborateurs en Belgique au cours de ces dernières années, mais nous estimons qu'il s'agit d'une étape indispensable afin d'assurer l'avenir du groupe en Europe", a commenté Luc Volatier, global vice-président "Operations".

Le marché belge reste toutefois "une priorité" pour l'entreprise néerlandaise, a enfin affirmé Jacobs Douwe Egberts qui ne souhaite pas faire davantage de commentaires dans les médias.

BELGA/LALMAND

Mélange d’émotions

"Le siège principal est encore à Grimbergen. Les activités déménageront vers une plus petite implantation près de Grimbergen", déclarait ce jeudi matin Johan Amelrijcks du syndicat socialiste ABVV dans une première réaction.

Les syndicats affirment avoir reçu ces dernières années toute une série de signaux quant à des économies qui devaient être effectuées. Des mesures auraient déjà été prises. "Ces dernières années, on a travaillé à augmenter l’efficacité des lignes de production, les équipes du week-end ont été supprimées. Il y a donc déjà eu des mesures", précisait Luc De Bast du syndicat chrétien ACV.

Les syndicats estiment cependant que l’usine n’est pas déficitaire. "Les membres du personnel ont exprimé des sentiments très variés : détachement, pleurs, colère. La nouvelle fait son chemin", expliquait Pieter Van der Elst (ABVV).

"C’est une terrible nouvelle, en premier lieu pour le personnel", estimait le ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V, photo). "Pendant le conseil des ministres, j’ai immédiatement demandé un entretien avec la direction de l’entreprise. Nous allons voir quand cela peut se faire".