Sekkaki dirigeait une organisation criminelle de sa cellule au Maroc

Les enquêteurs de Malines-Willebroek ont mis au jour une organisation criminelle qui était notamment impliquée dans un trafic de stupéfiants. Cette organisation était dirigée par Ashraf Sekkaki (photo) - surnommé le roi de l’évasion après celle qu’il avait orchestrée en hélicoptère depuis la prison de Bruges -, qui séjourne en prison au Maroc. Deux de ses frères sont également impliqués dans cette affaire.

L'enquête sur le réseau de trafiquants de stupéfiants avait débuté en janvier 2014 lorsqu'un suspect était arrêté en possession d'une quantité importante de drogues. Les enquêteurs étaient ensuite remontés jusqu'à Ashraf Sekkaki. "Au fur et à mesure que les recherches progressaient, il est devenu clair que Sekkaki semblait être aux commandes, depuis sa cellule au Maroc, d'une bande plus large qui comptait deux de ses frères et un certain nombre de proches", déclarait la porte-parole du parquet Nele Poelmans.

La police interpelait le 5 novembre 2014 trois Néerlandais à Amsterdam, qui étaient en possession de boutures de cannabis. Nasr-Eddine (25 ans), un des frères de Ashraf Sekkaki, aurait transmis ces boutures. Oualid (23 ans), un autre frère de Sekkaki, a été arrêté le 13 août 2015 avec 25.000 pilules d'ecstasy.

La police a ensuite découvert qu'Ashraf Sekkaki avait des contacts avec un Anversois de 38 ans, qui avait été prié de livrer une grande partie des pilules d’ecstasy et de la cocaïne. Le 2 septembre, deux autres suspects étaient arrêtés, dont l'homme Anversois. Les forces de l'ordre ont découvert chez eux 1,2 kilo de cocaïne et 10.000 tablettes d'ecstasy. Leur interpellation a été confirmée par la chambre du conseil.

Roi de l'évasion

Le Belgo-Marocain Ashraf Sekkaki a été condamné en 2011 au Maroc à une peine de prison de 12 ans pour son évasion de la prison de Bruges (Flandre occidentale) en hélicoptère. Cette évasion spectaculaire avait été orchestrée avec deux complices en 2009.

Mais Sekkaki était alors déjà bien connu de la justice, pour des attaques à main armée, carjackings et tigerkidnappings. En 2003, il s’était pour la première fois échappé de la prison de Turnhout, avant d’être repris après une série de nouvelles attaques à main armée.

En 2008, il planifiait une nouvelle fuite, du palais de justice de Termonde, avec l’aide d’un complice armé d’une grenade. Mais cette évasion, qui devait aussi se servir d’un hélicoptère, était contrecarrée juste à temps.