Les crabes chinois menacent nos centrales nucléaires

Ils se glissent sous les lits et constituent même une menace pour les centrales nucléaires : les crabes chinois ne sont plus les bienvenus en Flandre. Le gouvernement du nord du pays a décidé d’aider les villes et les communes à lutter contre ces animaux pouvant mesurer jusqu’à 30 cm de largeur.

Le crabe chinois est également appelé crabe poilu de Shanghai. Il se caractérise notamment par ses pinces, recouvertes d’une sorte de fourrure. Cette espèce a été pour la première fois décelée en Belgique en 1933. Elle aurait clandestinement voyagé à bord de navires à destination du port d’Anvers.

En cette période de l’année, les crabes chinois quittent les eaux douces en direction de la mer afin de se reproduire. Leurs déplacements ont toutefois lieu tout au long de l’année.

Par endroits, les crabes peuvent causer d'importants dégâts, au grand désarroi de certains bourgmestres. "Nous sommes impuissants", déclare le maïeur d’Aarschot (Brabant flamand), André Peeters (CD&V) dans le quotidien Het Nieuwsblad. "Plusieurs fois par an, des milliers de crabes sortent du Démer (ndlr: sous affluent de l’Escaut), au grand désespoir des riverains, parmi lesquels se trouve un gérant d’hôtel. Si on n’y porte pas attention, on retrouve des crabes dans son salon ou sous le lit d’hôtel", témoigne-t-il.

Les crabes chinois constituent par ailleurs un danger pour les centrales nucléaires. A Doel, la centrale pompe en effet l’eau de l’Escaut pour son système de refroidissement, une eau qui contient des milliers de crabes poilus.

Capturer, détruire, mais ne surtout pas manger

La ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (CD&V) a promis un soutien aux villes et communes dans leur lutte contre cette sorte de crabe.

"Il n’est pas si évident de combattre le crabe poilu de Shanghai, qui n’a pas d’ennemi naturel. Durant l’automne, nous lancerons un projet-pilote dans le cadre duquel nous capturerons les bêtes afin de voir quel effet cela aura", a-t-elle indiqué, ajoutant que si les méthodes de captures se révélaient efficaces, elles seraient alors appliquées partout en Flandre.

Le gouvernement flamand va également informer les habitants sur la manière de se protéger d’une invasion dans son domicile. "Nous travaillerons également avec les administrations communales afin de trouver les meilleures solutions".

Notons que si en Chine, le crabe poilu est une délicatesse, il n’est pas considéré comme comestible en Belgique, à cause notamment des métaux lourds qu’il contient.