La capitale perturbée mardi soir par une manif anti-TTIP

Entre 10.000 et 15.000 manifestants, dont certains en tracteur, sont attendus pour protester contre les traités de libre-échange transatlantiques CETA et TTIP. La circulation s’annonce difficile, voire impossible dans le quartier européen. La police de Bruxelles-Ixelles signale la fermeture totale de la rue de la Loi à partir de 16 heures. La dislocation du cortège est prévue vers 19 heures. Des militants de l'aile belge du mouvement "Nuit debout" passeront toutefois la nuit de mardi à mercredi sur le rond-point Schuman.

"Les manifestants descendront la rue de la Loi en direction du rond-point Schuman en passant par la rue du Taciturne, la rue Joseph II, la chaussée d'Etterbeek, la rue Belliard et, enfin, l'avenue d'Auderghem", indique la zone de police.

"La zone de départ sera située dans le haut de la rue de la Loi ainsi que dans les rues situées de part et d'autre de la rue de la Loi, à savoir, les rues du Commerce, de l 'Industrie, de la Science, des Deux Eglises, de Spa et la rue d'Arlon, dans la zone comprise entre le square Frère Orban et la rue Joseph II", ajoute la police, qui précise que les sorties de garage seront probablement obstruées. Une interdiction de stationnement est également prévue aux mêmes endroits en début d'après-midi.

Touring a également mis en garde mardi les automobilistes contre "un chaos complet" sur les grands axes de la capitale à l'heure de pointe de l'après-midi. Si le tunnel Belliard restera ouvert à la circulation, les tunnels Reyers et Cinquantenaire en direction du centre-ville seront fermés.

"Il est incompréhensible et inacceptable que cette manifestation ait été autorisée en pleine heure de pointe, le pire moment possible", s'insurge l'association d'automobilistes dans un communiqué.

Des tracteurs en route vers Bruxelles

Une vingtaine de tracteurs conduits par des agriculteurs membres de la Fédération Unie de Groupements d'Eleveurs et d'Agriculteurs (Fugea) a quitté mardi vers 14h00 Bierghes (Rebecq, Brabant wallon) pour rejoindre la manifestation organisée contre les traités de libre-échange transatlantiques.

Ces agriculteurs rejoignent la capitale via Hal et la chaussée de Mons (N6). Ils seront rejoints par des homologues flamands à hauteur du magasin Ikea d'Anderlecht, a précisé Philippe Duvivier, président de la Fugea, syndicat qui défend des petits producteurs principalement en Hainaut occidental.

M. Duvivier a par ailleurs fustigé l'attitude du Boerenbond, principal syndicat agricole flamand, qui a approuvé lundi l'appel des employeurs à signer et ratifier rapidement le CETA. "Qui dirige le Boerenbond? Les paysans?", s'est-il interrogé, accusant le syndicat de "protéger l'agro-business."

"Nuit Debout" occupera le rond-point Schuman durant la nuit

Des militants de l'aile belge du mouvement "Nuit debout" passeront la nuit de mardi à mercredi sur le rond-point Schuman, après la manifestation.

Dès 19h30, une soirée "Nuit debout" se tiendra sur la petite rue de la Loi, entre le rond-point Schuman et le parc du Cinquantenaire à Bruxelles. Jusqu'à 23h00, des concerts et des discours animeront la soirée. Ensuite, les militants ont prévu de passer la nuit sur le rond-point Schuman. Des groupes de discussion sont également prévus.

Mercredi matin à 09h00, ils mèneront une action "Make some noise", qui consiste à accueillir bruyamment les négociateurs des traités CETA et TTIP. Un point presse est prévu juste avant cette manifestation, à 08h30.

"Nuit Debout" est né le 31 mars sur la Place de la République à Paris pour protester contre la réforme de la loi travail française. Une aile belge s'est créée dans la foulée.