Restructuration à la VRT: moins de suppressions d’emplois que prévu

Le conseil d'administration de la télévision publique flamande (VRT) a approuvé mardi le pré-accord de plan social négocié entre les partenaires sociaux. Le nombre de suppressions d'emplois y est réduit de 60 unités (équivalents temps plein), passant de 265 à 205. Dans le même temps, l'opérateur engagera 50 personnes, des talents créatifs mais aussi des profils axés sur le numérique, ce qui ramènera la perte nette d'emplois à 155.

Ces pertes d'emploi moindres ont été rendues possibles par une modération salariale et davantage d'efficacité, selon le service de presse de la VRT.

La restructuration de la VRT s'inscrit dans un nouveau contrat de gestion 2016-2020 censé faire de l'entreprise publique flamande une "organisation flexible et tournée vers l'avenir".

La dotation publique accordée à la VRT diminuera dans les prochaines années, tandis qu'un plafond est prévu pour les dépenses de personnel (43,25% des revenus).

La direction de la VRT souligne que le pré-accord a vu le jour à la suite de sessions de participations impliquant les collaborateurs de l'entreprise et au terme de discussions constructives avec les syndicats.

Parmi les mesures concrètes prévues figurent notamment une baisse des hausses salariales annuelles, une proposition d'instauration de chèques-repas, la suppression ou la modification de diverses indemnités, la possibilité de convertir la prime de fin d'année ou les indemnités dominicales en jours de congé.

Des aménagements sont également prévus pour les collaborateurs âgés de 60 ans ou plus comme la possibilité, à certaines conditions, de travailler 80% du temps pour 90% du salaire.