Le Grand Palais à Paris dédie une exposition à Hergé

Les Galeries Nationales du Grand Palais à Paris accueillent du 28 septembre au 15 janvier une vaste exposition consacrée au dessinateur belge Hergé (1907-1983), le père des "Aventures de Tintin". Il s’agit de la grande réunion à ce jour de planches originales, de peintures dont il s’entourait, et de photos concernant Hergé. L’exposition évoque aussi les rencontres qui ont guidé sa vie, ainsi que la vision artistique de l’auteur de bande dessinée.

Cette exposition organisée par la Réunion des Musées nationaux-Grand-Palais et par le Musée Hergé de Louvain-la-Neuve (Brabant wallon), s'emploie à décrypter l'art d'Hergé qui ne s'est jamais privé de s'inspirer des autres formes d'art. Ses interviews, récits et témoignages expliquent ses choix, font revivre ses hésitations, sa vivacité, sa curiosité sans failles et dévoilent, en fin de compte, le parcours d'un grand artiste.

Les civilisations anciennes et primitives le fascinaient. Par ailleurs, il a toujours admiré les grands maîtres et s'essaya lui-même à la peinture dans les années 1960. Il a collectionné des créations de, entre autres, Andy Warhol, qui fera son portrait, Roy Lichtenstein, Lucio Fontana, Jean Dubuffet, Tom Wesselmann, Jean-Pierre Raynaud, Serge Poliakoff ou encore Pierre Alechinsky.

Dans son travail, comme au cinéma, en peinture ou en photographie, Hergé va multiplier les plans, les cadres et les perspectives. Cet ensemble de procédés va l'aider à composer ses scènes, ses séquences et ses images dont la puissance marquera des générations de lecteurs de Tintin.

Ce qui distingue et singularise l'art d'Hergé, c'est aussi son extraordinaire capacité à restituer le réel sous une forme inventive, mais à ce point familière que le lecteur est amené à se projeter aisément dans ce monde, pourtant créé de toutes pièces. Par des traits simples et une justesse redoutable, il cerne les contours de notre existence et donne naissance à des personnages emblématiques qui incarnent les grandes valeurs de la société. Ces mêmes personnages sont confrontés à toutes sortes de situations rocambolesques qui résonnent souvent avec l'Histoire du XXe siècle.

Hergé moins connu comme graphiste publicitaire

Mais l'exposition est aussi l'occasion de révéler une facette moins connue du grand public: sa brillante carrière de graphiste publicitaire, dont témoignent des affiches d'une grande inventivité formelle.

Tout a commencé le 10 janvier 1929 avec la publication des premières aventures de Tintin dans "Le Petit Vingtième" et qui ne cessera d'évoluer au fil des années et des rencontres. Celle notamment avec Tchang, en 1934, compte parmi les plus décisives. Ce jeune étudiant chinois l'initia à la culture de son pays et participera à l'élaboration du "Lotus Bleu" (photo), premier chef-d’œuvre d' Hergé. Ce dernier entamera alors une extraordinaire carrière d'auteur, tout à la fois dessinateur et scénariste virtuose. Sans en avoir véritablement conscience, il créera un style, une ligne, une école. Sa notoriété et son succès ne feront que croître tout au long du siècle dernier et cela partout dans le monde.

En remontant dans le temps, l'exposition nous ramène également au tout jeune Bruxellois, Georges Remi qui, avant de devenir Hergé, se nourrissait à l'école du cinéma, découvrant l'esthétique du noir et blanc sur grand écran. Il se délectera tout autant de romans d'aventures que d'histoires illustrées et de récits "à ballons" en provenance de France et des Etats-Unis. Sa passion pour le dessin datera de cette époque et ses premières illustrations publiées dans la presse catholique belge montrent qu'il excellait déjà dans l'art de raconter des histoires.

Pour mémoire, les personnages de Quick et Flupke datent de 1930, "Le Petit Vingtième" publia cette même année "Tintin au pays des Soviets", que c'est en 1934 que les éditions Casterman deviendront l'éditeur des aventures de Tintin et que le premier numéro du "Journal de Tintin" date de 1946. Pendant la guerre, Hergé publiera dans le quotidien "Le Soir" contrôlé par l'occupant.

L'exposition est accessible du jeudi au lundi de 10h à 20h, avec une nocturne le mercredi jusqu'à 22h00. Pendant les vacances de la Toussaint et de Noël, des nocturnes supplémentaires sont prévues les jeudis et vendredis

Un catalogue (304 pages, 35 euros) et un album (48 pages, 9,90 euros) accompagnent l'exposition pour laquelle est prévue également une "Nuit blanche", le samedi 1er octobre, avec une ouverture gratuite de 20h à minuit.

L'entrée se fait par le square Jean Perrin (avenue des Champs-Elysées, dans le 8e arrondissement parisien) Informations: www.grandpalais.fr .