"Notre pays est devenu plus sûr depuis les attentats"

Six mois exactement après les attentats perpétrés le matin du 22 mars dans le hall des départs de l’aéroport de Zaventem et dans le métro bruxellois à la station Maelbeek, le ministre de la Sécurité et de l’Intérieur Jan Jambon (photo) convient que le danger est toujours présent, mais considère l’avenir avec optimisme au vu des réactions qui ont suivi. Dans une interview accordée à Het Nieuwsblad, il estime « que les attentats ont renforcé la cohésion de notre société".

Cet été, Jan Jambon s'est tenu en retrait des discussions sur la sécurité qui ont animé les hommes politiques, alors que la N-VA prenait clairement les devants sur ce thème, allant jusqu’à proposer une sorte d’Etat d’urgence en cas de menace terroriste.

"Depuis l'accord de gouvernement, les conditions de sécurité ont pour le moins fortement évolué. C'est donc logique que les partis viennent avec de nouvelles propositions. Mon rôle est d'abord de mettre ces idées sur la table du gouvernement. Mais, bien sûr, j'ai aussi collaboré à l'intérieur du parti", indique-t-il.

Le ministre estime que la Belgique est devenue plus sûre au cours de ces deux dernières années. "Grâce aux méthode de renseignements et de recherche particulières, nous avons plus de possibilités pour intercepter les messages de réseaux terroristes", souligne Jan Jambon. "Je ne dis pas qu'un nouvel attentat est exclu, mais c'est devenu plus sûr. C'est aussi de notre responsabilité. Les gens doivent continuer à vivre sans crainte."

"Et nous y sommes jusqu'à présent parvenus", poursuit le ministre Jambon, relevant que les gens n'ont pas déserté les gros festivals même s'il y avait des contrôles renforcés. Il soutient que les attentats ont renforcé la cohésion de notre société. "Ils n'ont pas détruit notre modèle avec les actions terroristes."