Des offshores d’ExxonMobil dirigées depuis la Belgique

Une trentaine de profils parmi les 92 cas belges recensés dans les Bahamas Leaks sont liés au groupe énergétique américain ExxonMobil (photo), indiquent ce vendredi les médias belges De Tijd, Knack et Le Soir, membres du Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) qui a publié mercredi des données concernant plus de 175.000 sociétés-écrans bahamiennes.
A2012

En tout 31 personnes liées de près ou de loin au géant énergétique ExxonMobil figurent sur le listing belge. La multinationale est d'ailleurs très présente dans les Bahamas Leaks, comptant 573 sociétés offshores sur les 175.888 révélées dans l'affaire. Parmi celles-ci quelques 39 ont des liens avec la Belgique.

Dans toutes ces sociétés, plusieurs administrateurs sont systématiquement domiciliés dans le royaume et toujours à Machelen, souligne Le Soir.

Pour l'une d'entre elles, Mobil Petroleum Overseas Company Limited, 17 personnes belges ou résidant en Belgique y ont occupé des fonctions (président, trésorier, contrôleur ou administrateur) entre 2007 et 2014.

Une autre société liée à ExxonMobil en Belgique, Zeebrugge LNG Trading Company Limited, a été constituée deux semaines avant la signature d'un contrat il y a dix ans avec Qatar Petroleum et Fluxys pour réserver de la capacité au terminal de Zeebruges.

Le porte-parole d'ExxonMobil a réagi en affirmant que le groupe "respectait scrupuleusement toutes les lois et règlements, et se conforme à ses obligations fiscales."