Crelan aussi va supprimer des emplois

Après les banques ING et Axa, la banque belge coopérative née de la fusion entre Centea et le Crédit Agricole va procéder prochainement à une restructuration, dont l’ampleur n’est pas encore connue. D’après les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad, Crelan serait mise sous pression par la Banque Nationale pour réduire ses coûts et accroître son rendement.

La direction de la banque Crelan travaille actuellement à un plan pour la période 2017-2020, qui sera présenté lors d'un conseil administratif extraordinaire, dans deux semaines.

"Je ne vais pas encore donner de chiffres. Il reviendra au conseil d’administration de les fixer", déclarait Luc Versele (photo), CEO de Crelan.

La banque coopérative créée par l’Etat belge en 1937, pour octroyer des crédits aux agriculteurs et horticulteurs, et qui est aujourd’hui aussi un bancassureur autonome et privé offrant des services aux particuliers, indépendants et entreprises, emploie plus de 3.400 personnes, dont plus de 900 dans les deux sièges administratifs d’Anderlecht et Anvers.

Versele affirme vouloir effectuer des changements dans le domaine des coûts et des revenus. Pour ces derniers, il se tourne vers les clients. "S’ils veulent avoir un bureau de banque dans leur voisinage, pour s’y rendre quatre fois par an en moyenne, ils doivent comprendre que ce n’est pas gratuit. Les services bancaires devront être mieux rémunérés", concluait Luc Versele.