Les discussions sur le budget et les reformes ont repris

Le Premier ministre Charles Michel et les vices-premiers ministres fédéraux MR, N-VA, CD&V et Open VLD ont repris ce mardi vers 16h30 les travaux budgétaires interrompus dans la nuit de lundi à mardi, après que le CD&V (photo Kris Peeters) ait quitté la table des négociations, face au refus des partenaires de majorité de s’engager sur ses propositions de taxation des plus-values. La séance plénière de rentrée à la Chambre a eu lieu sans Déclaration de politique générale du Premier ministre - qui a demandé qu’elle soit reportée - et dans le chaos, avant d’être suspendue. L’opposition a fait entendre sa colère.

Les négociations du gouvernement fédéral sur le budget et plusieurs grandes réformes ont donc repris ce mardi après-midi, pratiquement au même moment où était suspendue la séance plénière de rentrée à la Chambre. Les discussions se déroulent cette fois en présence du vice-premier ministre et ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V), mais aussi de la ministre du Budget, Sophie Wilmès (MR), et du ministre des Finances, Johan Van Overtveldt (N-VA).

Ce mardi, Charles Michel (photo archives) a mené des discussions individuelles avec des ténors politiques de divers partis, et notamment avec le ministre de l’Intérieur Jan Jambon et celui des Finances Van Overtveldt (tous deux de la N-VA).

Les négociations sur le budget et d’importantes réformes pour 2017 avaient échouées dans la nuit, après que le ministre Kris Peeters ne soit plus revenu à la table parce que les partenaires de majorité refusaient les propositions du CD&V sur la taxation des plus-values. La N-VA et Open VLD craignent en effet que cette mesure n’ait un impact négatif sur l’économie du pays.

A la reprise des discussions, la ministre Wilmès (photo) a indiqué qu’une nouvelle proposition était sur la table, qui "mérite d’être étudiée". Le vice-premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) a cependant répété qu'à son sens il ne convenait pas d'étudier comment taxer davantage, mais comment faire en sorte que des moyens soient drainés en faveur de l'investissement dans l'économie belge.

Plusieurs ministres ont souligné que la priorité absolue était la conclusion du budget qu'attend la Commission européenne pour le 15 octobre. La N-VA souhaitait également que des étapes concrètes soient engagées sur la voie d'une diminution de l'impôt des sociétés.

Les discussions devraient durer un certain temps. Elles ont lieu cette fois au 16 rue de la Loi.

Séance d’ouverture chaotique à la Chambre

Le gouvernement n’ayant pas atteint un accord sur le budget et des réformes, le Premier ministre Charles Michel avait fait savoir in extremis par courrier qu'il demandait le report de la Déclaration de politique générale programmée ce mardi devant le Parlement.

Lors de la séance plénière de rentrée, la Chambre a renouvelé son bureau, désigné son président et ses vice-présidents. La discussion a ensuite porté sur l’ordre du jour, et principalement sur la demande des parlementaires (dont Ecolo) de requérir la présence d’un membre du gouvernement dans l’hémicycle, appliquant ainsi l’article 50 du règlement de la Chambre. L’opposition voulait en effet en savoir davantage sur l’état des travaux budgétaires et sur le report de la Déclaration de Charles Michel.

Après une interruption de séance, le ministre fédéral Willy Borsu (MR) - chargé des Classes moyennes et des PME, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale - arrivait dans l'hémicycle à 15h30, mais ne prenait pas la parole.

Finalement, les travaux de la Chambre étaient clôturés vers 16h30 et la séance levée, alors que le cabinet restreint reprenait les discussions au 16, rue de la Loi.