La N-VA fait cavalier seul sur la pension des parlementaires

Comme il n’y a toujours pas d’accord global pour relever l’âge de la pension des parlementaires à 67 ans, la N-VA va déposer une proposition à la Chambre pour que l'initiative puisse revenir à chaque parlement. Le président du Parlement flamand Jan Peumans (N-VA) a déclaré que, le cas échéant, il appliquerait l'augmentation de l'âge de la pension aux membres de son assemblée.
De gauche à droite : Peter De Roover, Jan Peumans et Matthias Diependaele

La N-VA a réclamé mercredi, après l'échec d'une réunion des présidents des assemblées du pays, que la Chambre et le parlement flamand puissent chacun relever l'âge de la pension de leurs parlementaires à 67 ans. Dans les rangs des autres assemblées, l'on dénonçait la manière dont la N-VA a plombé la discussion.

Les présidents des parlements du pays avaient dégagé le mois dernier un accord de principe visant à établir à 67 ans l'âge de la pension pour tout nouveau député. Il prévoyait que dès 2019, la carrière serait calculée en 45e et l'âge de retraite fixé à 67 ans.

Sous la législature passée, une réforme avait déjà eu lieu, fixant l'âge de retraite à 62 ans à partir de 2014 et un calcul de carrière en 36e. Avant cela, la carrière était calculée en 20e et l'âge de retraite fixé à 55 ans.

Mais la N-VA a voulu accélérer le tempo et a pointé du doigt mercredi des réticences au sud du pays. "Il est de notoriété publique que Jan Peumans (le président N-VA du parlement flamand, NDLR) et Siegfried Bracke (président N-VA de la Chambre, NDLR) font des pieds et des mains pour avancer dans ce dossier, mais qu'il est très difficile de convaincre les francophones", a affirmé Matthias Diependaele, chef de groupe N-VA au parlement flamand.

Le parti veut désormais que l'initiative revienne à chaque parlement. "Je déposerai le dossier au Bureau élargi, pour voir comment l'on peut avancer", a-t-il dit, voulant ainsi devancer une nouvelle réunion des présidents d'assemblée prévue en novembre. Une initiative similaire est annoncée à la Chambre par le chef de groupe N-VA Peter De Roover.

Dans les rangs du CD&V, l'étonnement était manifeste vis-à-vis de la démarche des nationalistes flamands. A la Chambre, il y a déjà un accord implicite parmi les partis de la majorité sur une mise à niveau des régimes de pension des députés avec ceux des travailleurs, a rappelé le chef de groupe CD&V Servais Verhestraeten.

Le gouvernement est d'ailleurs au courant et le sujet a été évoqué lors des discussions budgétaires, selon lui. Pourquoi s'empresser soudain alors qu'aucun député ne doit prendre sa pension sous cette législature ? Trouver un accord entre tous les parlements peut attendre le mois prochain, voire plus tard encore, selon M. Verhestraeten.

Alors que chacun devait se prononcer mercredi matin sur l'accord de principe du mois dernier, Jan Peumans se serait présenté sans l'aval du Bureau de son institution tandis que Siegfried Bracke n'aurait dit pouvoir s'exprimer qu'en son nom personnel.

La N-VA aurait aussi évoqué pour la première fois la nécessité de prendre en compte les députés provinciaux.