Un compromis budgétaire sur la table: "ça passe ou ça casse"

Le Premier ministre Charles Michel et les trois vice-premiers flamands sont réunis depuis 11 heures ce matin au 16 rue de la Loi pour tenter de relancer les négociations budgétaires. Dans les coulisses, on apprend qu’un compromis est sur la table. D’aucuns annoncent déjà la couleur : "ça passe ou ça casse".

Les vice-premiers Jan Jambon (N-VA), Kris Peeters (CD&V) et Alexander De Croo (Open VLD) sont en réunion depuis ce matin avec Charles Michel. Didier Reynders (MR) était quant à lui absent de cette réunion, qualifiée par certains de négociation de la dernière chance.

Les partenaires du gouvernement ne sont plus vus depuis mardi soir, lorsque le Premier ministre avait dû s'employer à arrondir les angles après que le CD& V a quitté la table en réclamant une taxation des plus-values boursières.

Depuis, les contacts s'étaient limités à des entretiens bilatéraux entre M. Michel et ses vice-Premiers ministres, encore jeudi jusque tard dans la nuit.

Jeudi à la Chambre, le chef du gouvernement avait appelé les partis de sa coalition à surmonter leurs divergences de vues. Il avait dit vouloir opérer "les derniers arbitrages" dans les heures ou jours à venir, alors que la Commission européenne a laissé à son équipe jusqu'à lundi pour rentrer son épure budgétaire.

Mais les échanges verbaux des derniers jours laissaient entrevoir un fossé encore profond entre partis. Les points d'accroche de la négociation sont la taxation des plus-values, la réforme de l'impôt des sociétés et la mobilisation de l'épargne privée.

Dû à la réunion de ce vendredi, il n’y aura pas de conseil des ministres aujourd’hui. Le temps presse, car la Belgique, mais aussi l’Europe, attendent le résultat des négociations budgétaires. Dans les coulisses, certains annoncent qu’un accord pourrait tomber tard cette nuit ou samedi matin.