L’arrêt de centrales nucléaires fait grimper le prix de l’électricité

Les prix de l’électricité ont nettement augmenté ces dernières semaines, tant à court qu’à long terme, indique la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG). L’interruption de plusieurs centrales nucléaires en Belgique et en France peut expliquer cette montée. "Cela provoque une certaine nervosité sur les marchés", a commenté une porte-parole du régulateur du secteur.

Les prix à court et à moyen termes ont augmenté jusqu'à 60 à 70 euros/MWh ces dernières semaines. "En début d'année, on était encore à 35 euros/MWh", détaille la porte-parole de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz.

L'abandon de plusieurs centrales nucléaires en France constitue une explication. En Belgique également, plusieurs centrales sont à l'arrêt pour entretien. C'est notamment le cas de Tihange 1 et 3, et de Doel 3, soit la moitié de la capacité nucléaire en Belgique.

En France, plusieurs réacteurs ont été mis à l'arrêt récemment par l'Autorité de Sûreté nucléaire qui y a détecté des "anomalies sérieuses". C'est notamment le cas pour le réacteur 4 de Gravelines. Au total, 23 réacteurs sont momentanément à l'arrêt ou tournent à faible capacité dans l'Hexagone, sur les 58 que compte le pays.

Si les prix se maintiennent à ce niveau, cela pourrait se répercuter sur le consommateur. Certainement si celui-ci dispose d'un contrat variable.

AFP or licensors