Veerle Wouters et Hendrik Vuye ont un nouveau projet

Les députés fédéraux qui ont été déchargés mi-septembre de la mission institutionnelle que le parti nationaliste flamand leur avait confiée en janvier - en vue des élections 2019 - , et qui ont quitté la N-VA peu après, présentent ce jeudi un nouveau logo et un site internet via lesquels ils veulent poursuivre leurs projets en faveur d’une Flandre indépendante au sein d’une Belgique confédérale. "Nous pouvons ainsi travailler aux projets qui nous occupaient au sein de l’Objectif V". Actuellement, ils n’ont pas encore l’intention de créer un nouveau parti.

Un mois après que Veerle Wouters et Hendrik Vuye (photo) aient quitté la N-VA, qui les avait mis à l’écart de la mission institutionnelle dont ils avaient été chargés par Bart De Wever en janvier, les deux députés fédéraux refont surface. Ils ont décidé de former à deux un groupe séparé à la Chambre, qui s’est doté depuis ce jeudi d’un logo et d’un site internet : vuyewouters.be.

Le logo noir et blanc contenant le lion de Flandre (photo principale) et les textes mis en ligne sur le site internet indiquent clairement l’intention des deux anciens députés N-VA. Leur projet prolonge le travail qu’ils ont pu effectuer pendant 8 mois au sein de la cellule de réflexion Objectief V, en faveur d’un nationalisme flamand affiché. Wouters et Vuye défendent pleinement le projet d’une "Flandre indépendante au sein d’un Etat confédéral".

Critiques à l’égard de Bart De Wever

Pour rappel, les deux députés fédéraux avaient été écartés de leur mission institutionnelle - pour préparer une nouvelle émancipation de la Flandre en vue des élections de 2019 - après que Vuye ait exprimé des critiques à l’égard de l’attitude communautaire trop modérée à son goût du président de la N-VA, Bart De Wever (photo).

En quittant le parti, ils avaient annoncé vouloir avant tout "regarder vers le futur et créer un nouveau cadre dans lequel nous puissions poursuivre nos projets. Cela nous paraît nécessaire, au vu du moratoire communautaire et du mutisme communautaire de la N-VA".

Via le site internet nationaliste flamand doorbraak.be, Vuye et Wouters ont expliqué leurs projets ce jeudi matin. Ils affirment vouloir "se mettre au travail et poursuivre leurs projets" sous leur nouveau drapeau.

Concrètement, cela signifie se concentrer sur les sujets communautaires et travailler à l’indépendance de la Flandre au sein d’un Etat confédéral. Grâce à une septième réforme de l’Etat. "La 7e réforme de l’Etat doit être la réforme définitive", déclarent les deux dissidents.

Pas encore de nouveau parti

Hendrik Vuye et Veerle Wouters estiment que les six réformes d’Etat menées à bien ont compliqué les répartitions de compétences. A un confédéralisme de bagarre, ils veulent opposer un modèle d’Etat qui permette "aux communautés linguistiques de ce pays de vivre ensemble de façon paisible".

Leurs deux objectifs principaux sont, d’une part, de poser à la séance plénière de chaque semaine une question communautaire qui démontre que la Belgique ne fonctionne pas. Et d’autre part, de travailler surtout au contenu. Ils veulent ainsi publier un livre qui démonte tous les verrous belges et montre comment les contourner.

Pour ce qui est de créer leur propre parti, ils n’ont encore rien décidé. "Nous sommes en train de nous organiser". Pour l’instant, ils demeurent un groupe au sein du parlement fédéral. Leurs projets pour les élections de 2019 sont également encore vagues. "Nous espérons pouvoir convaincre les gens avec le contenu que nous proposerons".