L’ambassadeur de Belgique en Russie à son tour convoqué

L’ambassadeur de Belgique en Russie a été convoqué par le ministère russe des Affaires étrangères à Moscou. C’est ce que rapporte l’agence de presse russe Interfax.

La Belgique et la Russie sont en profond désaccord diplomatique depuis que Moscou a accusé notre pays d’avoir bombardé mardi un village en Syrie, faisant ainsi plusieurs victimes civiles.

Les Russes ont affirmé être en possession de preuves, ce qui n’a pas impressionné le gouvernement belge qui continuer de nier les faits. Le chef de la Diplomatie belge, Didier Reynders (MR) a évoqué de "fausses informations". Le ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) dénonce également un "mensonge". D’après lui, aucun F-16 belge n’est actif dans la région concernée.

Hier, Moscou a transmis, dans une conférence de presse, des informations détaillées, mentionnant notamment des numéros d’avions. Ceux-ci "ne sont pas les nôtres", s’est empressé de précisé Steven Vandeput.

L’ambassadeur russe en Belgique, lui aussi convoqué à Bruxelles pour entendre le mécontentement des autorités, n’aurait pas non plus apporté la preuve d’une implication des chasseurs-bombardiers belges dans la région d’Alep.

Moscou "perplexe"

Alors que Steven Vandeput attend des autorités russes qu'elles reconnaissent leur erreur et qu’elles présentent leurs excuses à la Belgique, Moscou a préféré convoqué l’ambassadeur belge. L’incident diplomatique semble ainsi loin d’être résolu.

L'ambassadeur de Belgique Alex Van Meeuwen a dû présenter les "preuves matérielles" de l'implication de F-16 belges dans le bombardement .

Il a été en outre notifié de la "perplexité" de Moscou face au "refus obstiné de la Belgique de reconnaître" l'implication de son aviation, selon un communiqué de la diplomatie russe.

Aux yeux de Didier Reyders, les accusations de Moscou ont pour but d'affaiblir la coalition formée contre Daech et à laquelle la Belgique participe.