Francfort : les Pays-Bas et la Flandre cèdent le flambeau à la France

A la Foire du livre de Francfort, les Pays-Bas et la Flandre ont passé le relais, dimanche soir, à la France, qui sera l’an prochain à son tour l’invitée d’honneur de la plus importante foire du livre au monde. "La Flandre et les Pays-Bas ont utilisé à merveille toutes les opportunités que nous offrons à nos hôtes d’honneur", estimait le directeur de l’événement, Jürgen Boos.
AFP or licensors

Environ 275.000 visiteurs se sont rendus, entre le 18 et le 23 octobre, à la Foire du livre de Francfort, en Allemagne. C’est autant que l’an dernier. Les Pays-Bas et la Flandre étaient les invités d’honneur de cette 68e édition de l’événement international.

"Chaque année, l’invité d’honneur reçoit ainsi l’opportunité de se créer un réseau de contacts internationaux, de renforcer la vente de droits de traduction et de présenter sa littérature et sa culture", explique le directeur de la Buchmesse, Jürgen Boos. "La Flandre et les Pays-Bas ont pleinement fait usage de ces opportunités".

L’intendant artistique de cette Foire du livre, le Belge Bart Moeyaert (photo), s’est également dit satisfait de cette période très intense. "Il y a beaucoup de belles choses à se remémorer, beaucoup de bonnes choses à chérir. L’effet de l’invitation est plus que démontrable. Avec notre présentation, nous avons donné une image dynamique de la Flandre et des Pays-Bas. Quelque chose a été mis en mouvement : notre premier passage en 1993 a eu beaucoup de conséquences. En tant qu’invité d’honneur, c’est comme si nous avions suscité un effet domino".

La Foire du livre de Francfort est la plus grande en son genre au monde. Elle accueillait cette année plus de 7.000 exposants, venus d’une centaine de pays.

"La Foire peut permettre une percée de dizaines d’écrivains flamands"

A l’ouverture de la Foire du livre de Francfort, le ministre flamand de la Culture, Sven Gatz (Open VLD), déclarait que l’événement littéraire en Allemagne est l’un des temps forts de cette législature. "Il peut mener à une percée pour des dizaines d’écrivains flamands", précisait le ministre.

"Je me suis déjà rendu à la Buchmesse il y a deux ans, parce que je voulais en prendre le pouls", expliquait Sven Gatz à la VRT. "Rapidement, il était clair pour moi que cette Foire n’est pas, comme à la Boekenbeurs d’Anvers, destinée aux consommateurs. A Francfort, ce sont les traducteurs, les éditeurs et les auteurs qui passent". Ils ont tous un but en commun : glaner autant de livres que possible dans d’autres langues et sur d’autres marchés.

Le ministre flamand de la Culture (photo) soulignait l’importance d’être invité d’honneur de la Foire du livre de Francfort. "Nous sommes un petit pays et avons donc un grand étranger autour de nous. Nous devons faire un effort pour garder le marché flamand du livre en bonne santé. C’est possible en traduisant autant d’auteurs que possible. C’est le cas en allemand, mais aussi de l’autre côté de l’océan, étant donné que des maisons d’édition américaines viennent aussi à Francfort".

Ce n’était pas la première fois que la Flandre et les Pays-Bas étaient invités d’honneur à la Buchmesse. "En 1993, c’était déjà le cas. A l’époque, cela a permis la percée de Hugo Claus et de Harry Mulisch. Aujourd’hui, cela pourrait permettre la percée de dizaines d’auteurs. Bart Moeyaert et Stefan Hertmans sont déjà connus en Allemagne, mais songez aussi à la génération suivante, comme Saskia De Coster", précisait Sven Gatz.

La Flandre investit au total 2,5 millions d’euros dans le projet. "Cela en vaut vraiment la peine. Cela n’arrive qu’une fois tous les 20 ans. Nous voulons tout faire ici pour faire connaitre la culture de Flandre dans les pays voisins. C’est l’un des points forts de ma législature".