La police belge utilise un drone pour surveiller les réfugiés de Calais

La police fédérale utilise un drone pour pister d’éventuels réfugiés qui tenteraient de franchir la frontière française. Depuis le début de l’évacuation de la "jungle de Calais" la police belge est extrêmement vigilante.

Ce lundi l’opération de démantèlement du camp de réfugiés de Calais a débuté. De 6.000 à 8.000 migrants installés dans ce camp seront relogés dans des centres situés dans toute la France. Si la plupart des migrants acceptent d’être relogés ailleurs d’autres veulent rester à Calais.

En Flandre occidentale, à 60 km de Calais, on redoute que certains réfugiés ne tentent de gagner l’Angleterre via le port de Zeebrugge. Les communes du littoral veulent aussi éviter à tout prix qu’un camp de réfugiés ne s’installe en Belgique.

Depuis ce week-end, les petites routes traversant la frontière sont encore davantage surveillées. Des renforts de la police fédérale sont attendus pour empêcher les réfugiés de franchir la frontière. D’après la chaîne privée flamande VTM la police utilise aussi un drone.

Jusqu’à présent tout est calme le long de la frontière. Mais la police locale redoute que des problèmes commencent à se poser à partir de mercredi.