Le roi Albert II convoqué par la justice dans l’affaire Boël

Le roi Albert II a été convoqué le 21 février prochain à l’audience devant le tribunal de première instance de Bruxelles concernant l'affaire Delphine Boël. Cette dernière réclame toujours une reconnaissance de paternité. L’audience aura lieu à huis clos.

Il s'agit d'une nouvelle étape de la procédure de déchéance de paternité à l'égard de Jacques Boël et en reconnaissance de paternité du roi Albert II, entamée par Delphine Boël devant la justice.

La surprise est totale car même l’avocat de Delphine Boël ne s’attendait pas à une telle convocation. La question est de savoir si le roi Albert II se rendra en personne au tribunal. Le roi a en effet toujours évité la confrontation avec Delphine Boël. Depuis qu’il a abdiqué, il y a trois ans, le roi réside de septembre à mai en Italie, le pays d’origine de son épouse, la reine Paola.

L'ensemble des parties, dont Albert II, ont été convoquées, précise l’avocat du roi Me Berenboom. Ce dernier ajoute que généralement, elles n'assistent pas en personne à l'audience et sont représentées par leur conseil.

Procédure de reconnaissance de paternité

Le roi Albert II, alors qu'il était prince a entretenu une longue relation extra conjugale avec la Baronne Sibylle de Sélys Longchamps. Delphine Boël est née le 22 février 1968, un an après le début de cette relation. L'ancien roi qui a régné de 1993 à 2013, a toujours refusé de reconnaître qu'il était son père.

Delphine Boël a introduit en 2013 une procédure de reconnaissance de paternité devant le tribunal de première instance de Bruxelles.

En septembre 2014, des tests ADN avaient déjà révélé que Jacques Boël n'était pas le père biologique de Delphine.