Van Brempt : "J’ai du respect pour ce que Magnette a fait"

L'eurodéputée Kathleen Van Brempt (SP.A) a affirmé mardi "avoir du respect" pour le gouvernement wallon et son refus de signer l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA). Du côté de la N-VA et de l'Open VLD, on ne partage pas du tout ce point de vue et on condamne fermement l'attitude du PS wallon.
Nicolas Maeterlinck

"Après cet incident, le débat politique sur les traités commerciaux ne sera plus jamais le même. Il sera sérieusement meilleur", a-t-elle déclaré lors de l'émission "De Ochtend" de la VRT-radio, en soulignant que les parlements nationaux seront désormais mieux associés aux discussions.

Kathleen Van Brempt a ajouté avoir elle aussi des réserves sur ce traité de libre-échange avec le Canada.

Selon la députée socialiste flamande, le gouvernement wallon a mis à l'agenda politique "un débat très important". "Je regarde avec respect ce que le gouvernement wallon fait. Je sais que c'est presque blasphématoire (de dire cela) en Flandre", a-t-elle ajouté.
Elle a dénoncé les ultimatums qui ont été imposés au ministre-président wallon, Paul Magnette (PS).

"Nous avons négocié ce traité durant six ans. Ce n'est pas à quelques semaines", a en substance souligné Mme Van Brempt, en estimant que le traité finira par être signé après de nouvelles négociations "intensives".

Elle a toutefois admis que la discussion sur le CETA n'était pas bonne pour l'image de l'Europe. "Nous allons de crise en crise", a-t-elle dit.

De Croo (Open VLD): "un scénario pire que le Brexit"

De son côté, le vice premier ministre Alexander De Croo (Open VLD) s’est dit très déçu par l’annonce que la Belgique n’était pas à mesure de signer le CETA.

Selon lui le refus wallon signifie "l’émiettement du projet européen". Il redoute un scénario pire que le Brexit. Pour Alexander de Croo ce serait une erreur historique si le CETA n’était pas signé surtout pour un pays fondateur de l’intégration européenne comme la Belgique qui a toujours prôné "pour une plus grande intégration européenne" a déclaré le vice-premier ministre libéral.

De Wever : "Magnette dépasse Syriza sur sa gauche"

Le président de la N-VA Bart De Wever n’a pas du tout apprécié le refus du ministre-président wallon Paul Magnette (PS) d’approuver le CETA.  "Magnette dépasse Syriza sur sa gauche" a-t-il tweeté lundi. "Le PS abîme non seulement la Flandre mais aussi l’Europe et le commerce mondial".

"Le PS est en train de se profiler et sacrifie pour cela l’accord commercial" ajoute de Wever dans l’émission "De wereld vandaag" sur Radio 1 (VRT). Selon lui, "les socialistes francophones jouent un petit jeu politique contre la montée du PTB (extrêmeme-gauche). Mais cela n’a rien à voir avec le contenu de l’accord" ajoute-t-il. 

Jasper Jacobs