Manifestation contre le CETA à Bruxelles

Alors que le début du sommet entre l’Union européenne et le Canada était légèrement retardé ce dimanche matin, en raison d’un problème technique de l’avion amenant en Belgique le Premier ministre canadien Justin Trudeau, environ 250 activistes (photo) manifestaient devant le siège du Conseil de l’Union européenne à Bruxelles contre la signature de l’accord de libre-échange avec le Canada (CETA), qui devait avoir lieu en début d’après-midi.
AFP or licensors

D’après la police locale, 16 personnes qui tentaient de rentrer dans le bâtiment Juste Lipse sur la Place Schuman ont été interpellées. Les manifestants étaient au nombre d’une centaine.

"L'objectif de notre sit-in est de perturber la signature de l'accord de libre-échange avec le Canada en s'invitant autour de la table, afin de porter la voix de tous les citoyens, européens et canadiens, opposés au CETA, dont l'avis est bafoué par la Commission européenne. Ce traité est unilatéral, voulu et négocié pour les multinationales. Même sous sa forme amendée, il ne comporte aucun mécanisme de sanction à l'encontre des multinationales, qui n'ont donc que des droits et aucun devoir", a indiqué Camille, porte-parole du collectif 'CETAssis pieds sous-terre' à l'origine de l'action.

"La population civile ne veut pas du CETA qui n'a jamais figuré dans aucun programme politique. L'organisation en 48 heures de sommet UE-Canada pour signer le traité amendé sans même revenir vers la société civile, montre à quel point l'Union européenne veut en forcer à tout prix la signature et enterre la démocratie. Pour notre part, il est hors de question que le CETA serve de socle de base à la négociation d'autre traités", a conclu ce manifestant.

La signature du traité débutera un peu plus tard

L'atterrissage du sommet entre l'Union européenne et le Canada, prévu initialement jeudi dernier et reprogrammé ce dimanche, connaissait un contretemps de dernière minute dimanche matin. Le début de la rencontre entre les présidents de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et du Conseil européen Donald Tusk et le Premier ministre canadien Justin Trudeau a en effet dû être repoussée à midi, en raison de problèmes techniques à l'avion du Canadien.

En route vers Bruxelles, l’avion du Premier ministre a dû revenir samedi soir à l’aéroport d’Ottawa, où il a atterri sans problème. Justin Trudeau est arrivé ce dimanche matin en Belgique avec une heure trente de retard par rapport au programme initial. La signature solennelle du traité a donc été remise de midi à 13h30.

La raison principale de ce sommet entre l'UE et le Canada est justement la signature officielle de l'accord commercial entre l'Union européenne et le Canada (CETA). Le dossier a connu des rebondissements ces dernières semaines, quand les entités francophones belges ont refusé, mi-octobre, de déléguer le pouvoir de signature au gouvernement fédéral tant que certaines de leurs craintes ne trouvaient pas de réponses satisfaisantes.

Des négociations marathon s’en sont suivies, d'abord en présence de la ministre canadienne du Commerce Chrystia Freeland, puis entre les entités fédérées de Belgique, avec l'appui du négociateur en chef de la Commission européenne et des services du Conseil européen. La décision de repousser le sommet de jeudi a été prise en toute dernière minute, mercredi en fin de soirée, et celle de le reprogrammer dimanche a immédiatement suivi la confirmation, par le gouvernement fédéral belge, qu'il avait bien reçu la délégation de signature de toutes les entités fédérées.

Les dirigeants canadien et européens doivent aussi aborder la situation en Syrie et en Ukraine et évoquer la crise des réfugiés.

A son arrivée en Belgique, ce dimanche midi (photo), le Premier ministre Trudeau a déclaré "Bien joué, bien joué" au président du Conseil européen Donald Tusk, qui l'accueillait au sommet UE-Canada. "Les choses difficiles sont difficiles, mais on a pu réussir", a-t-il ensuite dit au président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. "Tout est bien qui finit bien", avait résumé ce dernier devant la presse peu auparavant.