Une bande de trafiquants de faux documents arrêtée à Bruxelles

Dans le cadre du Plan Canal - destiné avant tout à lutter contre la radicalisation dans la zone du Canal de Bruxelles, incluant notamment la commune de Molenbeek -, la police judiciaire fédérale de Bruxelles a arrêté mercredi dernier une bande de fabricants et trafiquants de faux documents. Onze personnes ont été interpellées, donc huit ont finalement été placées sous mandat d’arrêt. Un 9e suspect a été placé en détention au centre fermé de Vottem (Liège).
Nicolas Maeterlinck

Au début de cette année, une enquête avait été ouverte sur base d'informations indiquant qu'une personne habitant à Molenbeek se livrait à un trafic de faux documents d'identité. L'intéressé avait déjà été condamné pour des faits similaires en 2014, mais avait repris ses activités illégales, précise la police.

Grâce à l’attention portée à cette problématique, deux autres organisations criminelles actives dans le trafic de documents ainsi qu'une autre, irakienne et qui se livrait à du trafic d'êtres humains en utilisant des documents d'identités falsifiés, ont déjà pu être démantelées en 2016.

Mercredi dernier, huit perquisitions ont été menées et onze personnes interpellées. Ces opérations ont permis de découvrir l'endroit de fabrication des faux documents, mais aussi des faux documents et du matériel dissimulé, tel que des données et photos d'identité. Un pistolet d'alarme, environ 9.000 euros en liquide et deux voitures ont également été saisis.

Des mandats d'arrêt ont été délivrés par le juge d'instruction pour huit des suspects et une personne d'origine marocaine a été mise en détention au Centre fermé pour étrangers illégaux de Vottem (photo), à Liège, sur décision de l'Office des étrangers. Elle devrait être rapatriée.