Colruyt accuse Albert Heijn de baisser ses prix juste avant le passage de Test-Achats

"Albert Heijn a baissé ses prix juste avant l'enquête annuelle menée par Test-Achats sur les enseignes alimentaires", voilà ce qu’affirme le groupe Colruyt dans les journaux Het Nieuwsblad et De Standaard, ce samedi. De son côté, Albert Heijn dément ces accusations et affirme "uniquement s’aligner sur les prix du marché".

"Nous avons découvert que l’enseigne Albert Heijn avait diminué les prix de certains de ses produits l’an dernier avant l’enquête menée par Test-Achats. Cela s’est reproduit cette année encore pour les produits de marques de distributeurs et ceux de marques nationales" a déclaré Frans Colruyt, directeur opérationnel du groupe Colruyt. "De plus, nous constatons que dès que l’enquête de Test-Achats est terminée, Albert Heijn augmente à nouveau ses prix."

"Par ses importantes réductions de prix temporaires, Albert Heijn tente de se profiler dans les tests comparatifs comme une chaîne de supermarché moins chère ce qu’elle ne l’est réellement".

A noter que c’est le groupe Colruyt lui-même qui a découvert cette manipulation de prix de son concurrent. Colruyt ajoute encore que les résultats de l’enquête menée par l’association de défense des consommateurs ne sont en fait pas erronés. "Il est seulement dommage que Test-Achats ne dispose pas des moyens nécessaires pour comparer les prix toute l’année comme nous le faisons".

"Nous faisons ce que tout le monde fait"

Autre son de cloche chez Albert Heijn : "nous ne faisons que suivre le marché, comme tout le monde" déclare Sally Herygers. "Personne ne sait quand Test-Achats passe faire son enquête, donc nous non plus. Et nous avons pleine confiance dans les résultats de Test-Achats".

Albert Heijn souligne que sa chaîne de supermarchés pratique une politique nationale de prix. Chez nous, il n’y a pas de différences régionales. Un kilo de mandarines coûte le même prix dans chacun de nos magasins.

De l'argent pour Test-Achats

D’après Het Nieuwsblad, le groupe Colruyt serait prêt à verser 1 million d’euros dans un fonds pour permettre à Test-Achats d’avoir plus de liberté de mouvements. Mais le mouvement de défense des consommateurs n’a pas le droit d’accepter des dons de la part du secteur. Albert Heijn estime que la proposition de Colruyt doit être examinée au niveau de la fédération Comeos.