De Gucht : "Je pense que le TTIP est mort maintenant"

A l’époque où il était commissaire européen au Commerce (2010-14), l’ancien ministre belge des Affaires Etrangères Karel De Gucht a mis beaucoup d’énergie dans les négociations sur l’accord de libre-échange controversé entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Maintenant que Donald Trump est élu président des USA, De Gucht estime que l’accord n’aboutira plus, notamment en raison de l’attitude protectionniste du Républicain. Il s’est montré très pessimiste, mercredi soir dans l’émission "Amerika kiest" sur la chaîne de télévision Canvas (VRT).

Jusqu’à la fin de l’année 2014, Karel De Gucht - alors commissaire européen au Commerce - a participé très activement aux négociations en vue du Partenariat transatlantique de Commerce et d’Investissement (abrévié en TTIP en anglais) entre l’Union et les Etats-Unis. Mais à la suite de l’élection du Républicain Donald Trump, le libéral flamand craint que l’accord ne voie jamais le jour. Pendant sa campagne électorale, Trump a en effet exprimé des critiques répétées à l’encontre de traités de libre-échange impliquant les USA.

"Trump a remporté les élections avec un programme particulièrement protectionniste. Il n’est pas l’homme à investir son capital politique pour conclure un accord tel que le TTIP ou le Partenariat Trans-Pacifique (entre l’Asie-Pacifique et l’Amérique, ndlr.), ce qui coûte un prix politique élevé. Ce qui signifie qu’ils vont abandonner l’Asie".

Karel De Gucht souligne que l’interruption des négociations aura aussi des conséquences politiques au niveau mondial. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a laissé entendre mercredi qu’il voulait une clarification de la direction que prendra Donald Trump dans le domaine du commerce.

L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis est négocié depuis plus de trois ans, au début en présence de Karel De Gucht. Mais ce traité fait l’objet de critiques de plus en plus fortes et nombreuses. Et depuis l’opposition de la Wallonie, notamment, à l’accord de libre-échange entre le Canada et l’Union européenne (CETA) - qui a cependant finalement abouti -, le TTIP semble très compromis.

L’an dernier, les USA et l’UE espéraient parvenir aux grandes lignes d’un accord avant que Barack Obama ne quitte la Maison Blanche, mais la date butoir est sans cesse reportée. En septembre, la France demandait de suspendre les négociations, tandis que l’Allemagne a déclaré que ces négociations avaient échoué, parce que les Etats-Unis exigent trop de l’Europe.