Le gouvernement gèle les comptes d’Oussama Atar

Un arrêté royal paru ce mercredi au Moniteur Belge prévoit le gel des avoirs financiers, bien immobiliers et autres propriétés de quinze personnes soupçonnées d’avoir été pourvoyeuses de fonds pour les attentats de Bruxelles (22 mars 2016). Parmi elles figure Oussama Atar, cerveau présumé des attentats de Paris (13 novembre 2015) et de Bruxelles. Ce Belge d’origine marocaine est actuellement l’homme le plus recherché de Belgique.

Agé de 32 ans, Oussama Atar est suspecté par la Justice d'être le commanditaire des attentats de Paris le 13 novembre 2015 et de Bruxelles le 22 mars dernier. Atar est un cousin des frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, les terroristes qui se sont fait exploser le 22 mars à l'aéroport de Bruxelles et à la station de métro Maelbeek (photo).

Des sources proches de l'enquête ont indiqué mardi que c'est Atar qui se cacherait derrière le nom "Abou Ahmad", un personnage jusqu'ici mystérieux qui séjournerait en Syrie et aurait dirigé les membres de la cellule terroriste. La police a mené ces derniers mois plusieurs perquisitions dans l'entourage d'Oussama Atar.

Dans un entretien accordé à l'AFP, le procureur fédéral Frédéric Van Leeuw a indiqué mercredi que l'identification d'Oussama Atar comme l'un des commanditaires était "une des hypothèses de travail". "Nous devons encore faire toute une série de vérifications."

Quatorze autres suspects privés de leurs avoirs

Parmi les autres personnes visées par le gel des avoirs figure Yassine Lachiri, un proche d'Abdelhamid Abaaoud parti en 2012 en Syrie, mais aussi Anouar Haddouchi, dont le compte en banque a servi à verser 3.800 euros à Mohamed Abrini, ou encore Bilal Bouit, qui aurait eu des liens avec Najim Laachraoui, l’un des terroristes de Brussels Airport. Deux femmes font également partie de la liste.

La possibilité de geler des avoirs de terroristes sans passer par un juge existe depuis 2006, mais c'est la première fois que le gouvernement l'utilise.