Les profs de religion islamique recevront une formation spécifique

La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits, a signé mercredi une déclaration d’engagement avec l’Exécutif des musulmans de Belgique à propos d’une formation spécifique qui sera donnée à l’université ou dans les écoles supérieures aux futurs professeurs qui enseignent la religion islamique dans les écoles primaires et secondaires. Quelque 60.000 élèves suivent actuellement les cours de religion islamique, donnés par 738 enseignants.
BELGA/BOGAERTS

Au printemps dernier, dans le prolongement des attentats à Zaventem et Bruxelles, il était apparu que seuls 16% des professeurs de religion islamique dans l’enseignement primaire en Flandre possèdent un diplôme spécifique pour donner ces cours. "Il est incompréhensible qu’il n’y ait pratiquement pas de conditions pour donner cours de religion islamique en primaires", commentait à l’époque notamment la N-VA.

La ministre flamande de l’Enseignement, Hilde Crevits (CD&V), a alors entamé des concertations avec l’Exécutif des musulmans de Belgique. Le but est que les professeurs de religion islamique, qu’ils donnent cours en primaire ou en secondaire, suivent dorénavant une formation spécifique.

Jasper Jacobs

Un groupe de travail va étudier quelles écoles supérieures et universités seraient intéressées de créer un cours de religion islamique au sein de leur formation d’enseignants. D’ici le 31 mars prochain, le groupe de travail doit avoir engrangé des résultats. Les personnes qui donnent déjà cours de religion islamique actuellement pourront continuer à le faire, mais seront encouragées à suivre une formation complémentaire.

"C’est la première fois que l’Enseignement et l’Exécutif des musulmans de Belgique s’engagent ensemble à améliorer la qualité des cours", commentait la ministre Hilde Crevits (photo). "Nous voulons continuer à donner aux orientations philosophiques une place au sein de l’enseignement, mais pour cela nous comptons sur une attitude très active de ces orientations philosophiques".

En plus d’un enseignement de meilleure qualité, la ministre Crevits et l’Exécutif introduiront une meilleure inspection des professeurs de religion islamique. La première étape sera la nomination d’un inspecteur supplémentaire.