"Le pacte sur le Père Fouettard est totalement superflu"

Pour le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever (N-VA), le problème des stéréotypes raciaux autour du compagnon de Saint Nicolas avait déjà été résolu l’an dernier, lorsque la suie était venue remplacer le maquillage noir. Le nouveau pacte, signé par des écoles, des entreprises et des organisations, sème dès lors inutilement le doute.

Le "Pacte du Père Fouettard" (Pietenpact) est une initiative de l’asbl néerlandaise et flamande Huis deBuren qui a œuvré durant un an en vue d'une solution aux discussions qui sévissent depuis des années en Flandre et aux Pays-Bas sur le caractère – considéré par beaucoup comme raciste – du célèbre compagnon du patron des écoliers.

En Flandre, la charte a été notamment signée par l’enseignement flamand communautaire et catholique, la Ligue des Familles, des maisons de production et chaînes de télévision destinées aux enfants, des théâtres pour jeunes, et le magasin de jouets Dreamland.

Des Pères Fouettards de toutes les couleurs ? "Personne n’est demandeur en Flandre"

D’après le bourgmestre d’Anvers, qui a accueilli hier Saint Nicolas venu d’Espagne, le problème avait déjà été résolu l’année dernière, lorsqu’il avait été décidé de maquiller le Père Fouettard avec de la suie. Pour Bart De Wever, c’était une bonne idée, qui respecte la tradition, sans tomber dans la caricature.

Le président de la N-VA s’interroge dès lors sur la nécessité de relancer la polémique. "On parle maintenant de Pères bleus, jaunes ou gaufrette à la mélasse, mais personne n’est demandeur en Flandre", a-t-il déclaré au micro de la VRT. "Le débat vit toujours aux Pays-Bas, mais pas chez nous".

Le pacte en question semble diviser les Flamands. A la veille de l’arrivée de Saint Nicolas, Bart De Wever aurait reçu de nombreux courriels de citoyens indiquant ne pas vouloir assister à l’évènement à cause de l’éventuelle présence de Zwarte Piet de toutes les couleurs. "Les Flamands sont prêts à être respectueux envers tous, mais ils demandent également un peu de respect pour leurs traditions, et je trouve cela normal", a encore fait savoir Bart De Wever.