Une couverture du Ring d’Anvers coûtera jusqu’à 9 milliards d’euros

Neuf milliards d'euros: c'est le montant que devrait mobiliser une couverture intégrale du Ring d'Anvers, en ce comprise la liaison de l'Oosterweel qui devrait permettre le bouclage de l'anneau routier au nord de la métropole portuaire, a affirmé lundi Alexander D'Hooghe, l'intendant désigné par le gouvernement flamand pour étudier cette option dont il défend le principe.
BELGA/HANDOUT

M. D'Hooghe a rendu lundi les conclusions du travail qu'il a réalisé sur base de plus de 200 entretiens menés au cours des derniers mois par lui-même et son équipe avec des experts, des représentants des pouvoirs publics et de groupes d'action.

Pour l'intendant, la couverture intégrale du Ring d'Anvers n'est pas un objectif en soi mais un moyen d'atteindre d'autres objectifs tels que l'amélioration de la qualité de l'air, la limitation des conséquences du réchauffement climatique, la création de liens entre différents quartiers, ou encore la création d'espace pour les transports publics.

Expertise internationale pour un méga-chantier

Selon Alexander D'Hooghe, l'ampleur de l'investissement impose une réalisation de ce méga-chantier par phases étudiée dans différents variantes telles qu'une couverture, pour commencer, de la liaison de l'Oosterweel, ou de plusieurs segments du Ring à la fois.

Des experts internationaux se rendront l'an prochain dans les quartiers d'Anvers pour définir les segments jugés prioritaires et tenter de cerner les souhaits concernant par exemple les perspectives d'aménagement au-dessus de ce Ring enterré. Un projet de concours sera organisé en 2017 pour définir un plan plus précis.

Une solution proche ?

Selon l'intendant, diverses initiatives devront être prises à plus court terme pour permettre au dossier de progresser en évitant le risque de l'enlisement dans des discussions et procédures interminables.

Comme le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) le bourgmestre d'Anvers, par ailleurs président de la N-VA, Bart De Wever, a jugé que le travail réalisé par l'intendant permettait de se "rapprocher d'un grand pas de la solution pour la mobilité et la viabilité sur et le long du Ring d'Anvers".