Vlaams Belang exclut Van dermeersch du conseil de parti

La visite d’une délégation de parlementaires du parti d’extrême droite flamand Vlaams Belang au parti néonazi grec Aube Dorée, la semaine dernière, aura été fatale à Anke Van dermeersch (photo), qui se voit exclue du conseil du parti et doit renoncer à son siège au Sénat, où elle sera remplacée par un autre élu de la Communauté flamande. Elle reste députée flamande. Filip Dewinter et Jan Penris, également du voyage en Grèce, s’en sortent avec un rappel à l’ordre, étant donné l’impossibilité de les obliger à renoncer à leur siège.

La direction du Vlaams Belang s’est penchée ce dimanche, lors d’une réunion extraordinaire, sur la visite qu'ont effectuée la semaine dernière son député fédéral Filip Dewinter, sa députée flamande Anke Van dermeersch et son député fédéral Jan Penris auprès du parti d'extrême droite grec Aube Dorée. "Avec un voyage de ce type, on ne peut que se tirer une balle dans le pied", avait déclaré le président du parti flamand d’extrême droite, Tom Van Grieken (photo).

Filip Dewinter, Jan Penris et Anke Van dermeersch, accompagnés de l'ancien député flamand Frank Creyelman, se sont rendus en Grèce afin d'y prendre le pouls de la crise migratoire. Sur des photos et messages diffusés sur les réseaux sociaux, on voit cependant les membres du Vlaams Belang en compagnie de membres d'Aube Dorée, Filip Dewinter et Anke Van dermeersch tenant même un discours devant les militants du parti considéré comme néo-nazi.

"Aube Dorée n'est pas un parti démocratique comme le nôtre et je souhaite m'en distancier de toutes les manières possibles", insistait Tom Van Grieken pour qui ses partenaires en Europe sont Marine Le Pen, Geert Wilders... , "mais pas Aube Dorée".

Ce dimanche, le président du Vlaams Belang estimait que « les trois députés ont fait beaucoup de tort au parti ». Ils ont donc été rappelés à l’ordre officiellement. Van dermeersch se voit en plus exclue du conseil du parti et du Sénat. Les trois députés ne pourront plus avoir de contacts à l’étranger sans avoir reçu le mandat du président ou de la direction du parti. Pour Tom Van Grieken, "l'incident est clos".

Jasper Jacobs

Stratégie électorale

"Je veux savoir ce que Dewinter a dit précisément" en Grèce, poursuivait néanmoins le président du Vlaams Belang. Il ne souhaitait pas en tirer de conclusion pour la composition des listes électorales pour les communales de 2018.

Le parti doit se réunir dans deux semaines pour élaborer sa stratégie en vue de ce rendez-vous électoral. Filip Dewinter (photo) ambitionnera vraisemblablement de mener le VB à Anvers, mais il se murmure que Tom Van Grieken aimerait y être tête de liste. Son déménagement vers la métropole flamande est ainsi évoqué ici et là.

Réagissant au rappel à l’ordre qu’il a reçu ce dimanche, Filip Dewinter a déclaré être "très déçu de la direction de mon parti. Tout s’est passé en coulisses, sans que les personnes concernées n’aient pu s’expliquer ou se défendre".

Jonas Roosens