Dissensions au VB: "Filip Dewinter a dépassé les bornes"

L’ancien président du parti flamand d’extrême droite n’est pas tendre avec son ancien collègue. "Nous avons toujours tenté de résoudre en interne les problèmes liés à Dewinter, mais à présent, il est allé trop loin", a commenté Frank Vanhecke au micro de Radio 1 (VRT). "Filip ne supporte pas d’être de moins en moins important au sein du Vlaams Belang". L’ex-leader du VB réagissait ainsi à la visite de Filip Dewinter au parti néonazi grec Aube Dorée.
BELGA/DIRKX

La visite d’une délégation de parlementaires du parti d’extrême droite flamand Vlaams Belang au parti néonazi grec Aube Dorée, la semaine dernière, a été fatale à Anke Van dermeersch, qui s’est vue exclue du conseil du parti et renvoyée de son poste de sénatrice. De leur côté, Filip Dewinter et Jan Penris, également du voyage, s’en sont sortis avec un rappel à l’ordre, étant donné l’impossibilité de les obliger à renoncer à leur siège.

Les trois représentants du Vlaams Belang ont toutefois refusé la sanction infligée, estimant la décision de "presque dictatoriale". Ils ont donc décidé de faire appel au conseil de leur parti.

"Dewinter a toujours eu son propre agenda"

Invité dans le studio de Radio 1 ce mardi matin, Frank Vanhecke n’y a pas été de main morte en évoquant son ancien collègue. Vanhecke a été président du Vlaams Blok, devenu par la suite Vlaams Belang durant 12 ans. Il n’est plus actif en politique depuis 2014, mais se souvient de problèmes de longue date avec celui qui est considéré comme le trublion du parti.

"Nous avons toujours tenté de résoudre ces disputes en interne. Mais là, c’est différent : il s’agit d’une tentative consciente de saboter le jeune leadership du parti. Dans leur discours, Filip et Anke ont directement contrer les directives du parti", a déclaré l’ancien leader du VB.

D’après Frank Vanhecke, la figure de proue anversoise du Vlaams Belang a toujours eu son propre agenda. "Filip a toujours été enthousiaste, mais avant il croyait sincèrement que son propre agenda était bon pour tout le parti. Aujourd’hui, il veut coûte que coûte bloquer la route du succès de la tête du parti. Il est suffisamment intelligent pour savoir que ce voyage privé a des conséquences. Il sait parfaitement bien qu’aucune personne sensée en Flandre veut être associée à Aube Dorée", précise l’ex-leader du VB.