Le non-marchand proteste à Bruxelles contre l’austérité

A l’appel du front commun syndical, les travailleurs du secteur des soins de santé manifestent ce jeudi dans les rues de la capitale, pour contester les mesures d’économies prises par les différents gouvernements du pays et réclamer une amélioration de leurs conditions de travail. Ils appellent également à la conclusion de nouveaux accords sociaux. Les organisateurs attendaient près de 20.000 représentants du secteur des soins de santé, de l’aide à la jeunesse et du secteur socio-culturel.
BELGA

Des milliers de manifestants sont partis vers 10h50 de la gare du Nord en direction de la place de l'Albertine en passant devant le siège du gouvernement flamand, place des Martyrs, le cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block, situé tour des Finances, et le siège du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Place Surlet de Chokier. La dissolution de la manifestation est prévue vers 15h.

La police - présente sur le terrain avec 400 agents - met en garde contre les embarras de circulation causés au centre de Bruxelles par la manifestation et conseille aux navetteurs de ne pas s’engager en voiture dans le centre de la capitale ce jeudi.

Après avoir été reçues à 8h30 par le gouvernement fédéral au 16, rue de la Loi, des délégations de travailleurs devaient rencontrer vers 11h le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et à 16h le gouvernement flamand. Une réunion est prévue avec le gouvernement wallon le 9 décembre prochain au cabinet du ministre Maxime Prévot à Namur. Chaque gouvernement a reçu un cahier de revendications spécifique.

Le non-marchand conteste les mesures d'économies prises par les différents gouvernements du pays, réclame une amélioration des conditions de travail et appelle à la conclusion de nouveaux accords sociaux.

Le secteur emploie entre 400.000 et 525.000 travailleurs, selon les estimations respectives du Syndicat des employés, techniciens et cadres Setca et de la Centrale nationale des employés CNE. Il couvre des secteurs très divers comme la santé, l'aide à la jeunesse et le socio-culturel.

"Un calendrier de négociations, mais pas de budget"

Les représentants syndicaux du non-marchand ont rencontré ce jeudi matin les ministres fédéraux de la Santé, Maggie De Block (photo), de l'Emploi et de l'Economie Kris Peeters ainsi que le Premier ministre Charles Michel au 16, rue de la Loi, en marge de la manifestation du secteur organisée à Bruxelles. Les syndicats réclament un calendrier pour les négociations et déplorent l'absence de budget.

"Nous avons répété de façon très claire qu'il n'y avait toujours pas de calendrier de négociations, ce qui est inacceptable. Il y a urgence", a indiqué à l'agence Belga Yves Hellendorff, secrétaire national CNE, à l'issue de la rencontre. "Le gouvernement nous a promis que des négociations seraient entamées rapidement et a mandaté Maggie de Block et Kris Peeters pour mettre en place un calendrier de discussions".

"Les membres du gouvernement ont proposé l'établissement d'un calendrier de discussions, mais aucun budget n'est prévu, ce n'est pas sérieux!", réagissait Christian Masai, secrétaire fédéral du Setca non-marchand. "Par exemple, quand on parle du pouvoir d'achat, le gouvernement répond: normes salariales. Or, les normes salariales n'ont aucun sens dans le non-marchand. D'ailleurs, quand elles étaient positives, elles n'étaient pas appliquées au secteur."

BELGA
BELGA

Les plus consultés