Accord au sein du gouvernement flamand pour un "stop au béton" dès 2040

Le gouvernement flamand a conclu un accord mercredi soir sur son Plan d'aménagement du territoire, aussi appelé "stop au béton". Dès 2040, plus aucun espace supplémentaire ne pourra ainsi être construit. Dès 2025, l'expansion devra déjà être limitée à trois hectares par jour. Actuellement c’est encore six hectares.

La Flandre possède une très forte densité de population et chaque année l’urbanisation augmente. Actuellement, la Flandre est à 34% recouverte de béton et 6 hectares verts disparaissent chaque jour.

C’est pour limiter cette urbanisation effrénée qui risque de provoquer des problèmes comme des inondations que le gouvernement flamand a décidé un "stop au béton" dès 2040.

Les personnes possédant un terrain à bâtir en Flandre doivent-elles s’inquiéter ? "Non", a déclaré la ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (CD&V) dans l’émission "De ochtend"(VRT) ce jeudi matin. "Pour les personnes possédant une parcelle de terrain définie à bâtir dans les plans d’aménagement du territoire, il n’y a pas de problème.

"Les zones qui sont actuellement définies comme "zones vertes" pourraient éventuellement changer d’affectation. Mais si nous les modifions ce sera après concertation" affirme encore la ministre.

"Il y aura aussi une solution pour les personnes qui verraient leur terrain changer de nature, notamment sous la forme d'un système d'échange".

Enquête publique

"Nous allons prendre environ une génération pour instaurer ce "stop au béton". Bien sûr cela ne se fera pas du jour au lendemain. Ce plan va être soumis dans le mois à venir à une enquête publique. Chaque Flamand aura son mot à dire. Nous demanderons également aux autorités locales leur opinion. C’est eux qui connaissent le mieux la situation".

Une liste concrète des endroits où les gens à l'avenir, ne seront plus autorisés à construire, n'existe pas encore. "Il ne s’agit pas seulement d’une question d’aménagement du territoire. Nous nous sommes mis d’accord sur le principe général qu’après 2040 plus aucun espace supplémentaire ne pourra ainsi être construit".