Le Belge a toujours le pied lourd : 9.300 pv pour excès de vitesse par jour

Durant le premier semestre de l'année, pas moins de 1,7 million d'amendes ont été dressées à l'encontre de Belges pour excès de vitesse, soit 9.300 par jour. Ce sont les journaux Het Nieuwsblad et de Standaard qui publient l’information sur base des chiffres de la police.
Nicolas Maeterlinck

Entre janvier et juin, en moyenne 9.300 amendes pour excès de vitesse ont ainsi été délivrées chaque jour. Une amende sur six concernait un conducteur qui avait dépassé de 30 km/h la limite maximale autorisée.

Il s'agit du second total le plus élevé de ces dix dernières années, selon Het Nieuwsblad.

"Il y a toujours cette idée que rouler vite est cool", regrette Stef Willems de l'IBSR. "Par conséquent, cela semble plus acceptable socialement que de l'alcool au volant. Nous avons vraiment besoin d'un changement de mentalité."

"Nous sommes toujours pressés"

"Rouler vite est une habitude. Et les Belges sous-estiment les risques qu’ils prennent en transgressant les règles. De nombreux conducteurs ne se rendent tout simplement pas compte qu’une conduite un peu trop rapide peut avoir des conséquences graves" déclare encore Stef Willems, qui souligne qu’il s’agit d’une erreur de jugement.

"Les gens qui sortent de leur file pensent compenser le temps perdu en appuyant sur les gaz, mais c’est une illusion."

50% des conducteurs pris en infraction expliquent que c’est pour gagner du temps qu’ils ont commis une infraction. "Notre comportement au volant est en grande partie automatique, pourtant nous reproduisons aussi ce que les autres font. Nous ne pouvons pas oublier que les déplacements entre nos activités quotidiennes sont en jeu. Nous sommes donc toujours pressés" explique de son côté le psychologue Helmut Paris qui dépend du département Mobilité et Travaux public.

"Le fait que de plus en plus de personnes sont verbalisées s’explique par les moyens supplémentaires investis. Que ce soient les nouveaux radars tronçon ou les radars automatiques. La sécurité routière est heureusement de plus en plus un sujet de préoccupation" a déclaré Helmut Paris dans l’émission "De ochtend" (VRT). Le prototype du chauffard n’existe pas et le groupe qui commet les infractions les plus graves est assez restreint. Nous devons examiner d’où vient le risque de rouler trop vite et comment y remédier".