Le conseil du VB confirme les sanctions à l’encontre de Dewinter

Le conseil du parti d’extrême-droite flamand a confirmé ce samedi les sanctions décrétées le 20 novembre par le président du Vlaams belang Tom Van Grieken (photo, à dr.) à l’encontre des députés Filip Dewinter (photo, à g.), Anke Van dermeersch et Jan Penris pour leur visite en Grèce au parti néo-fasciste l’Aube Dorée. Anke Van dermeersch reste cependant au Sénat.

Seul le remplacement d'Anke Van dermeersch comme sénatrice de communauté a été révoqué pour des raisons technico-juridiques, ont annoncé à Beveren le président de la formation d'extrême droite flamande, Tom Van Grieken, et le député Filip Dewinter.

Filip Dewinter, accompagné du député fédéral Jan Penris et de la députée flamande Anke Van dermeersch (photo), avaient effectué début novembre un déplacement en Grèce, où ils ont eu des contacts avec le parti controversé Aube Dorée. Le président du parti d’extrême-droite flamand, Tom Van Grieken, n'avait pas marqué son accord pour pareil déplacement.

Le parti avait donc décidé de priver les trois députés d'entretenir tout contact politique à l'étranger sans mandat explicite du président de parti ou de la hiérarchie.

Ce samedi, le conseil de parti a confirmé cette décision. Seul le remplacement d'Anke Van dermeersch comme sénatrice de communauté a été révoqué pour des raisons technico-juridiques. La députée flamande avait déjà fait savoir qu'elle n'entendait pas quitter le Sénat. Cet organe, ainsi que le Parlement flamand, avaient reconnu dans la foulée qu'un sénateur ne pouvait être contraint à renoncer à son siège.