Lode Aerts, nouvel évêque de Bruges

La foule était au rendez-vous pour assister, ce dimanche à Bruges (Flandre occidentale), à l’intronisation de Lode Aerts. Le doyen de Gand de 57 ans succède à Jozef De Kesel - devenu archevêque de Malines-Bruxelles il y a un an et créé cardinal par le pape François en novembre dernier - à la tête du diocèse de Bruges. La cérémonie a été célébrée par le cardinal De Kesel à la cathédrale Saint-Sauveur.

La cathédrale Saint-Sauveur de Bruges était pleine plus d'une heure avant le début de la cérémonie d'intronisation de l’évêque Lode Aerts. Des représentants d'autres religions et quelques personnalités du monde politique et de l'enseignement étaient présents. Quelque 700 places avaient été prévues.

Sur le site Oud Sint-Jan tout proche, 500 personnes environ suivaient la cérémonie sur écran géant. Le nouvel évêque était d'ailleurs venu saluer l'assistance peu avant la célébration. Celle-ci était présidée par le cardinal Jozef De Kesel (photo), son prédécesseur. Le doyen de Gand de 57 ans a reçu ses attributs d'évêque, à savoir les évangiles, une crosse et une mitre, symboles de sa mission pastorale.

"Nous devons retrouver notre position de chrétiens. Nous devons trouver la confiance en Dieu", a notamment déclaré Mgr Aerts qui a plaidé pour un évêché simple, modeste et ouvert. "Je veux être humble, tout comme le pape François, qui est un exemple pour moi."

"Etre là pour les gens dans le besoin"

"La religion, c'est ce qui relie. Nous vivons une période avec de l'extrémisme et du fondamentalisme. Ça détruit tout. Je veux construire des ponts, au sein de mon Église, mais aussi avec les autres religions. Nous devons être là pour les gens dans le besoin: les enfants, les personnes âgées, seules, les réfugiés... Ces gens attendent un signal."

Le nouvel évêque a eu également des mots pour les victimes d'abus sexuels au sein de l'Église, un sujet particulièrement sensible dans la Venise du Nord qui avait vu l'évêque Roger Vangheluwe se retirer en 2010 à la suite d'un scandale de cet ordre. "Nous devons tirer des leçons du passé", a commenté Lode Aerts.

Ce dernier souhaite la transparence sur les abus sexuels, un sujet qui doit être abordé, selon lui. "Je pense en particulier aujourd'hui aux personnes qui ont atrocement souffert. Que cela ne soit pas perdu. Nous devons oser dire les choses et tout tenir à l'œil, afin que cela ne se reproduise plus. Cela peut arriver. L'homme est faible. Mais nous devons être vigilants et nous ne pouvons pas étouffer l'affaire", concluait Lode Aerts.