Les données de la police accessibles à l’Office des étrangers

Les collaborateurs de l’Office des étrangers peuvent désormais accéder à la Banque de données nationale générale de la police (BNG). C’est ce qu’a indiqué dimanche soir le Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken, soulignant que l’Office des étrangers peut ainsi mieux juger du danger éventuel que constitue une personne.

Les collaborateurs de l’Office des étrangers ont effectué la semaine dernière leurs premières consultations de la banque de données nationale générale de la police. L'Office peut ainsi plus facilement déterminer si une personne constitue un danger pour l'ordre public et la sécurité nationale.

La BNG contient tous les procès-verbaux rédigés par la police. L'Office des étrangers n'y avait jusqu'ici pas d'accès direct. Si, à l'analyse d'un dossier, apparaissaient de sérieux indices laissant penser que la personne était connue de la police, les collaborateurs de l'Office des étrangers pourront s'adresser aux services de police.

En juillet 2015, il avait été décidé de rendre cette banque de données directement accessible. Selon le Secrétaire d’Etat Theo Francken (photo), l'Office des étrangers est le premier service non policier à accéder à la banque de données.