Un Bruegel et un Rubens restaurés à Bruxelles

La toile "Margot la folle" de Pieter Bruegel l’Ancien (photo, à dr.), qui se trouve au musée Mayer van den Bergh, et l’autoportrait de Pierre Paul Rubens (photo, à g.) affiché dans la Maison Rubens, quitteront tous deux Anvers en janvier 2017 pour être restaurés dans la capitale. Ils devraient revenir à Anvers en 2018 et 2019. En prévision de la restauration, les deux musées anversois organisent des workshops, visites guidées et conférences en décembre et janvier.

Une fois restaurées à Bruxelles, les toiles de Rubens et Bruegel retrouveront la métropole en 2018, proclamée année baroque. En 2019, c'est Bruegel qui sera mis à l'honneur à Anvers.

"Margot la folle" (‘Dulle Griet’ en néerlandais) est l'une des 45 peintures de Bruegel qui n'a pas été égarée et est la seule encore actuellement visible en Flandre, avec "Douze proverbes flamands" ("Twaalf spreuken op borden"). Toutes deux sont exposées au musée van den Bergh.

Quant à l'autoportrait de Rubens, c'est l'une des pièces phares de la Maison de Rubens et l'une des représentations les plus connues de l'artiste qui se peignait rarement.

La restauration sera effectuée à l'Institut royal du patrimoine artistique (IRPA), à qui l'on doit déjà le rafraîchissement de "L'Agneau mystique" des frères Van Eyck, qui a récemment retrouvé la cathédrale Saint-Bavon à Gand.

Un examen technique sera d'abord effectué sur chacune des œuvres, avec notamment une analyse dendrochronologique (pour une datation) et une étude des pigments.