Le pape François aime la Belgique, et "plus particulièrement Bruges"

Le pape François a dit aimé particulièrement Bruges parmi les villes belges et appelé les jeunes à ne pas avoir peur de leur foi, peut-on lire mercredi dans le magazine catholique flamand Tertio, qui a réussi à obtenir une entrevue pour interviewer le chef suprême de l'Église catholique.
AFP or licensors

Tertio a rencontré le pape durant 40 minutes le 16 novembre dernier au Vatican. La discussion s'est déroulée dans une atmosphère agréable, avec l'humour nécessaire et sans quelconque signe de tension. "Il n'a pas été question de protocole, ni de formalisme. Pas de Monseigneur non plus, seulement quelques agents de sécurité et des collaborateurs de la presse", souligne le magazine.

Le pape a notamment précisé dans l'interview qu'il ne viendrait pas en Belgique pour la commémoration de la fin de la Grande Guerre en 2018.

Le pape François s'est néanmoins rendu dans notre pays tous les ans et demi entre 1973 et 1979, en raison de la présence d'une association des amis de l'Université catholique de Cordoue. "J'en étais le grand chancelier. C'est pourquoi je les ai rencontrés afin de leur parler. Je suis aussi venu pour les remercier. Et j'ai donc commencé à apprécier la Belgique. Mais pour moi, la plus belle ville de Belgique, ce n'est pas Gand ou Anvers, c'est Bruges."

Le magazine a également abordé d'autres sujets comme la relation entre l'église et le pouvoir, le terrorisme, la miséricorde, l'église synodale, les médias, les prêtres et les jeunes. Pour ces derniers, le Pape avait un message.

"N'ayez pas peur, ne soyez pas gênés de votre foi, allez de l'avant et n'ayez pas peur de chercher de nouvelles routes. Ne vous inquiétez pas: trouvez la signification de la vie. J'ai deux conseils à donner: cherchez de nouveaux horizons et ne perdez pas votre temps à des futilités. Regardez droit devant et travaillez à votre vocation humaine."