Un cadre juridique pour autoriser les hackers éthiques

Le Centre pour la cybersécurité va offrir un cadre juridique fiable aux entreprises et institutions, afin que les hackers éthiques qui s’infiltrent sur leur réseau, avec leur accord, pour les avertir de failles de sécurité ne risquent pas d’être punis. C’est ce qu’écrivent les quotidiens De Tijd et L’Echo.
© Reporters - Francois Pera

Le code pénal reste inchangé et toute tentative de piratage informatique sans autorisation restera passible d'une condamnation. Mais le Centre pour la cybersécurité a élaboré une déclaration standard que les entreprises pourront afficher sur leur site web pour autoriser les intrusions "de courtoisie" sur leurs réseaux informatiques.

Cette déclaration s'assimilant à une autorisation, le hacker qui se conforme à ses lignes directrices ne sera plus punissable aux yeux de la loi.

"Notre texte a été accueilli de façon positive par la communauté des pirates informatiques", déclarait Miguel De Bruycker, directeur du Centre pour la cybersécurité.

Le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V, photo), a fait savoir dans une réponse parlementaire qu'il diffuserait le manuel établi par le Centre pour la cybersécurité, dès qu'il aura été transmis aux partenaires du gouvernement fédéral.