Europa League: Genk finit leader de son groupe, le Standard quitte la scène

Le Racing Genk s'est imposé vendredi 0-2 sur la pelouse du club italien de Sassuolo, pour la 6e et dernière journée de la phase de groupes de l'Europa League. Le Standard et l'Ajax Amsterdam se sont quittés dos à dos hier soir. Anderlecht s’est incliné 2-3 face à Saint-Etienne, alors que La Gantoise est parvenue à se qualifier dans les arrêts de jeu.

Les Limbourgeois, déjà assurés de la qualification pour les seizièmes de finale et opposés à un adversaire déjà éliminé, devaient normalement disputer cette rencontre jeudi soir, mais le brouillard épais descendu sur le stade avait forcé une remise du match au lendemain.

Après le nul 1-1 entre le Rapid Vienne et l'Athletic Bilbao jeudi, il suffisait aux hommes de Peter Maes de ramener un point d'Émilie-Romagne pour finir premiers du groupe F, devant les Espagnols. Ils ont finalement fait mieux, notamment grâce à un but de Bryan Heynen tombé à la 58e. Le milieu de terrain de 19 ans a bénéficié du travail offensif et d'un assist de Samatta pour placer le Racing aux commandes en marquant son premier goal de la saison.

Le club belge a ensuite tremblé sur un tir de Mazzitelli atteignant la transversale. Mais les filets de Genk, confiés pour ce match au gardien de 19 ans Nordin Jackers, sont restés inviolés, le Racing doublant même son avance à la 80e minute via Leandro Trossard, servi par Karelis.

Les Limbourgeois terminent en tête de la poule F avec 12 points, glanés au fil de 4 victoires (pour deux défaites, sur les terrains de Vienne et Bilbao), devant l'Athletic Bilbao qui en compte 10.

Le Standard quitte la scène européenne

Le Standard et l'Ajax Amsterdam se sont quittés dos à dos (1-1) jeudi soir lors de la 6e et dernière journée de la phase de poules d'Europa League. Le résultat des Liégeois, combiné à la victoire du Celta Vigo au Panathinaïkos (0-2), a scellé le sort européen des 'Rouches'.

Dans la tourmente depuis le match arrêté à Charleroi (1-3) suite à des jets de projectiles des supporters, le Standard de Liège accueillait l'Ajax pour forger une qualification pour les seizièmes de finale. Pour ce faire, il fallait réaliser un aussi bon résultat que le Celta Vigo, en déplacement au Panathinaikos. L'Ajax, assuré de sa première place, se présentait en bords de Meuse avec une équipe remaniée.

Alors que le match venait de débuter, l'arbitre a arrêté la rencontre à la 6e minute suite à des jets de fumigènes des supporters ajacides sur le terrain mais également dans les tribunes liégeoises. Le sport a heureusement rapidement repris ses droits. Le Standard a hérité de la première occasion du match grâce à un tir de Jean-Luc Dompé. Sur une longue transversale de van de Beek, El Ghazi a emmené le ballon d'un beau contrôle en mouvement. En première intention, l'attaquant a trompé Hubert d'une frappe croisée (0-1, 27e).

L'Ajax a très bien repris en seconde période, El Ghazi profitant de sa vitesse pour effacer Fiore et tenter sa chance. Le match s'est ensuite emballé, les deux équipes bénéficiant de plusieurs possibilités. Guillaume Hubert a laissé son équipe dans le match, gagnant son duel face à Cassierra (60e). Sur son flanc droit, Réginal Goreux a trouvé la tête de Benito Raman, monté au cours du jeu, qui a remis les équipes à égalité d'une tête (1-1, 85e). En toute fin de rencontre, il aura manqué une pointure à Orlando Sa, à la réception d'un centre de Mbenza, pour l'emporter.

Dans le même temps, le Celta Vigo est allé s'imposer sur le terrain du Panathinaïkos (0-2), forgeant son accession aux seizièmes de finale. A noter que Theo Bongonda a joué toute la rencontre pour les 'Celticos'. Au classement, l'Ajax termine premier avec 14 points, devant le Celta (9), le Standard (7) et le Panathinaïkos (1).

Anderlecht termine deuxième

Le Sporting d'Anderlecht a été battu par l'AS Saint-Etienne 2-3. Déjà assurés d'atteindre le tour suivant, les Bruxellois pouvaient se contenter d'un nul pour terminer premier du groupe. Alors que le RSCA menait 2-0 à l'heure de jeu, les 'Verts' ont marqué trois fois en 12 minutes et terminent premiers du groupe C.

Dans l'optique du 'topper' de dimanche contre le Club de Bruges, René Weiler a quelque peu fait tourner son effectif, laissant au repos Youri Tielemans, Olivier Deschacht et Kara Mbodj. Jorn Vancamp, jeune attaquant de 18 ans, a fêté sa première titularisation.

Plus entreprenant que son adversaire du soir, le RSCA a ouvert le score grâce à Alexandru Chipciu. Le Roumain a profité d'un centre en retrait de Frank Acheampong pour ajuster Stéphane Ruffier (1-0, 21e). Le Sporting a ensuite doublé son avance à la demi-heure grâce à un autre Roumain, Nicolae Stanciu. Acheampong a trouvé le meneur de jeu bruxellois dans le rectangle, qui s'est débarrassé de son opposant direct avant d'envoyer son tir dans le petit filet opposé (2-0, 31e).

En début de seconde période, le RSCA a concédé un penalty pour une faute de main de Vancamp sur un coup franc direct. Placé dans le mur, l'attaquant a sauté dos au tireur, déviant le ballon du coude. Henri Saivet n'a cependant pas trompé Roef, son envoi trouvant la transversale avant d'être dégagé par Bram Nuytinck (54e). Les 'Verts' vont tout de même revenir au score. Profitant d'un bon centre de Kevin Malcuit, Soderlund a trompé Roef d'une reprise de la tête (2-1, 62e). 'Sainté', plus volontaire et consistant que les Mauves dans le second acte, est revenu au score grâce à un doublé de l'international norvégien, qui a coupé au premier poteau un centre d'Hamouma (2-2, 67e).

L'équipe de Christophe Galtier, qui n'avait marqué que 5 buts en autant de matches, va complètement renverser la tendance. Sur un nouveau centre venu du flanc gauche mauve, Davy Roef a relâché le ballon, ce qui a profité à Kévin Monnet-Paquet (2-3, 74e). Anderlecht doit donc céder la première place du groupe C à ses hôtes du soir. Au classement, les Français comptent 12 points, une longueur devant l'équipe de René Weiler.

Coulibaly qualifie La Gantoise

La Gantoise se déplaçait à Konyaspor, en Turquie jeudi. Les Buffalos devaient non seulement s'imposer contre la lanterne rouge du Groupe H pour atteindre les 1/16e de l'épreuve comme la saison passée, mais aussi espérer que le Sporting Braga ne gagne pas face au Shakhtar Donetsk, déjà assuré de terminer premier et qui alignait pratiquement une équipe B. Un scénario idéal qui ne s'est réalisé qu'au bout d'un insoutenable suspense. Les Gantois ont en effet longtemps été tenus en échec comme à Westerlo samedi (0-0), ne parvenant que dans les arrêts de jeu à profiter du large succès ukrainien (2-4) en terre portugaise. Grâce à Kalifa Coulibaly, entré au jeu à la 66e, dont la magnifique frappe victorieuse de la 90e minute (+ 4) figurera désormais en bonne place dans l'histoire du club...

Le premier but de cette ultime journée tomba à la 22e minute à... Braga, où Sergiy Krivtsov ouvrit en effet le score pour le Shakhtar. Les Gantois avaient donc désormais leur sort en mains. Mais le jeu qu'ils produisaient à Konya n'était pas suffisant pour leur procurer l'avantage au marquoir. Perbet était peu alimenté, à l'image de cette contre-attaque où il attendait le centre de Danijel Milicevic devant le but à la 39e. Mais le Bosnien glissa au moment d'exécuter le dernier geste. Les Buffalos augmentèrent tout de même un peu la pression en vue du repos, d'autant qu'à 3500 kilomètres de là, Braga était toujours mené (1-2).

A la reprise Perbet manqua de peu l'interception d'une faible passe en retrait de Barry Douglas à son gardien. Le même Perbet se trouva ensuite malencontreusement sur la trajectoire d'un tir de Kenny Saief (53e). Le niveau restait cependant insuffisant pour forcer la décision. Thomas Matton hérita bien d'un ballon à proximité du but à la 60e, mais frappa trop faiblement pour tromper Serkan Kirintili.

Le coach gantois lança alors Brecht Dejaegere et Kalifa Coulibaly dans la bataille, puis Anderson Esiti à la place du capitaine Renato Neto, touché au genou. Mais cela ne changea rien, et l'angoisse augmentait au fur et à mesure qu'approchait le coup de sifflet final de l'arbitre danois Jakob Kehlet.
L'ultime siège devant Kirintili, auteur d'un arrêt remarquable sur une tête de Hannes Van der Bruggen dans le temps additionnel, allait cependant payer. Grâce à Coulibaly, qui contrôla de la tête puis de la poitrine, avant une frappe magique synonyme de qualification (0-1).

Le tirage au sort des 1/16e de finale (16 et 23 février) sera effectué lundi au siège de l'UEFA à Nyon.