Le gouvernement renonce à une taxe sur le sucre

Depuis le début de cette année, une hausse des accises sur les boissons gazeuses est en vigueur, mais le gouvernement fédéral avait l’intention d’étendre cette taxe à des produits contenant beaucoup de sucres et jugés moins bons pour la santé. Mais le pouvoir d’achat des ménages en aurait trop souffert, a estimé le ministre de la Santé publique Maggie De Block. L’information, rapportée par les quotidiens De Tijd et L’Echo, a été confirmée à la rédaction de la VRT.

Le gouvernement fédéral a décidé de renoncer à l'introduction, l’an prochain, d'une taxe sur le sucre. L'exécutif avait décidé l'année dernière d'introduire une taxe sur le sucre pour en réduire la consommation.

Les 250 millions d'euros que le gouvernement espérait prélever devaient contribuer au financement des baisses de charges fiscales pour les particuliers et les entreprises.

Une hausse des accises sur les boissons gazeuses avait déjà été introduite dans cette optique, début 2016, préparant le chemin à l'instauration d'une taxe en 2017 qui aurait aussi concerné notamment les pâtes à tartiner, les céréales de petit-déjeuner et les yaourts qui contiennent beaucoup de sucre et sont donc jugés moins bons pour la santé.

Le gouvernement fédéral a cependant décidé de ne pas introduire cette taxe supplémentaire, pour ne pas entamer le pouvoir d'achat des ménages, a indiqué la ministre de la Santé publique, Maggie De Block (Open VLD, photo). Le gouvernement entend compenser cette perte de revenus par d’autres mesures, comme notamment une hausse de 27 à 30% du précompte mobilier sur les dividendes et les intérêts.