Bourgeois : "3.500 emplois menacés par l’irresponsabilité de Bruxelles"

La volonté de la Région bruxelloise d’imposer dès le 1er janvier prochain une "tolérance 0" pour les dépassements des normes de bruit causés par les avions survolant la capitale pourrait avoir des conséquences lourdes sur les activités de Brucargo. Il serait question de la disparition de 3.500 emplois. Le ministre-président flamand Geert Bourgeois (photo) demande à la Région de revoir sa position.

Deux compagnies aériennes de transport de fret ont déjà décidé de quitter l'aéroport de Zaventem (Brucargo), a indiqué le magazine Trends sur son site internet. L’information a été confirmée par l'aéroport. Saudia Cargo s'en va ainsi rejoindre le tarmac de Francfort, tandis que la compagnie chinoise Yangtze River Express mettra le cap sur Amsterdam à partir du 1er janvier.

Les deux compagnies opèrent à Zaventem avec des Boeing 747, des "jumbojets" qui ne peuvent satisfaire aux normes de bruit que veut imposer la Région bruxelloise. "Avec les nouvelles normes, chaque vol avec ce type d'appareil peut générer une à trois amendes", souligne-t-on chez Brucargo.

Trois autres compagnies (Air Cargo Global, Asiana (photo) et Singapore Airlines Cargo) opérant avec des 747 examinent les possibilités qui s'offrent à elles. "Si aucune solution politique n'est trouvée dans le courant du mois de janvier, elles partiront", avertit Geert Keirens, directeur d'Air Cargo Belgium, la structure qui regroupe les sociétés actives dans le transport de fret à Brussels Airport.

Les conséquences pourraient être dramatiques, souligne-t-on encore. Bien que le nombre de vols de transport de fret avec des 747 se limite à trois ou quatre par jour, ces vols représentent un quart du cargo total à l'aéroport de Zaventem. "Il y a 1.250 emplois directs en jeu et 2.500 autres indirects", poursuit Geert Keirens.

Du côté de l'aéroport, on attire l'attention sur le fait que les appareils 747 concernés (type 747-400) ne sont pas des avions vieux et bruyants, mais "des appareils relativement modernes, qui sont les bienvenus dans tous les aéroports d'Europe".

KriVaDesign

"Bruxelles irresponsable"

Interviewé ce mercredi matin dans l’émission "De Ochtend" de la première chaîne radio de la VRT, le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA) a déclaré ne pas comprendre l’attitude du gouvernement bruxellois.

"C’est tout simplement irresponsable. Zaventem. Zaventem est le deuxième plus grand pôle économique de notre pays, après le port d’Anvers, qui procure 60.000 emplois. Si l’on réduit les activités de l’aéroport parce que Bruxelles ne veut pas supporter une partie des nuisances, mais ne veut que les bénéfices, cela ne marchera pas bien entendu". Pour le ministre-président, la décision de la Région est "très néfaste pour Bruxelles".

Rudi Vervoort (PS), le ministre-président bruxellois (photo), souligne quant à lui l'urgence d'une solution globale. "Chacun doit y travailler, car les nuisances ne sont pas seulement pour Bruxelles, mais les Bruxellois et leur qualité de vie méritent du respect", a-t-il déclaré à la VRT, à l'entame du Comité de concertation.

La Wallonie prend aussi part au débat, à la suite de plaintes de citoyens du Brabant Wallon. Huit sonomètres ont été activés dans les communes de Waterloo (2), Braine-L'Alleud, La Hulpe, Rixensart, Wavre, Grez-Doiceau et Chaumont-Gistoux, pour une campagne de mesure de deux semaines minimum. Le ministre wallon en charge de la politique aéroportuaire, René Collin (cdH), espère ainsi objectiver l'importance du bruit dû à l'activité de l'aéroport national.

Les plus consultés