La Flandre attire des emplois de Bruxelles et la Wallonie

En 2014-2015, un total net de 2.502 emplois ont déménagé de Bruxelles vers la Flandre, alors que 220 emplois ancrés en Wallonie suivaient le même chemin. Les trois Régions ont cependant enregistré une croissance nette sur le nombre total d’emplois, indique une enquête menée par DynaM-Reg. Il s’agit d’une collaboration entre l’Office national de sécurité sociale, l’Institut de recherche pour le travail et la société (HIVA) et les trois Régions du pays.

Si l’on en croit notamment les chiffres du ministère de l’Economie pour le 3e trimestre de cette année, le taux de vacance d’emplois reste stable en Belgique et l’offre d’emplois se porte bien. Malgré les nombreuses annonces de licenciements (collectifs) des mois passés, le nombre d’emplois disponibles a augmenté de 30.851 unités en 2014-2015, indique l’enquête menée par DynaM-Reg (qui rassemble l’Office national de sécurité sociale, l’Institut de recherche pour le travail et la société (HIVA) et les trois Régions du pays).

Quelque 182.542 emplois ont été supprimés, mais 213.393 emplois ont par contre été créés. Ces nouvelles places sont cependant distribuées de façon inégale sur les trois Régions flamande, wallonne et bruxelloise. Ainsi en Flandre, le nombre net d’emplois a augmenté de 24.317 unités pendant cette période, alors qu’à Bruxelles 1.425 places supplémentaires ont vu le jour, pour 5.109 nouvelles places en Wallonie.

En Flandre, il s’agissait surtout de nouveaux emplois dans les secteurs du travail intérimaire, de l’enseignement et du nettoyage. A noter que pour Bruxelles et la Wallonie, les chiffres auraient pu être meilleurs si ces deux Régions n’avaient pas vu des emplois déménager vers la Flandre. Il s’agissait surtout de places dans des entreprises qui sont actives dans plusieurs Régions.

Bruxelles-Capitale a ainsi vu 2.502 places de travail déménager vers la Flandre, tandis que la Wallonie a vu 220 emplois partir vers le nord du pays. "Nous ne savons pas exactement comment cela se fait", précisait Tim Goesaert de l’Institut de recherche pour le travail et la société (HIVA). "Cela peut provenir de problèmes de mobilité ou de problèmes d’espace, qui forcent les entreprises à déménager leurs activités partiellement ou totalement vers la Flandre".

La Région flamande semble d’ailleurs aussi digérer au mieux la crise économique et financière d’il y a quelques années. D’après l’Institut de recherche pour le travail et la société, la Wallonie est cependant aussi en train de remonter la pente. Dans cette Région, ce sont avant tout les petites et moyennes entreprises qui ont créé des nouveaux emplois en 2014-2015.

HOUIN / BSIP

Campagne pour attirer les personnes issues de l’immigration

Le bureau de sélection de l’administration fédérale (Selor) lance une nouvelle campagne pour attirer davantage de personnes issues de l'immigration dans les services publics. Il ne faut pas être Belge pour devenir fonctionnaire fédéral, rappelle Selor.

La campagne comprend 18 portraits de personnes provenant de République démocratique du Congo, Turquie, d’Afghanistan, du Chili, d’Ukraine et du Liban, notamment. "Leurs histoires, âges et origines démontrent que les opportunités ne manquent pas", assure Selor.

"Notre objectif, avec cette campagne, est d'encourager et de motiver les personnes issues de l'immigration à postuler. L'administration fédérale doit, plus que jamais, être le reflet de notre société multiculturelle", indique Els Daems. Par ailleurs, pour la majeure partie des postes proposés, il n'est pas indispensable d'être Belge, rappelle le Selor, qui souhaite venir à bout d'un malentendu autour de cette question.

"Pour les emplois statutaires, tous les candidats citoyens des pays de l'Espace économique européen et de Suisse entrent en considération. La nationalité belge n'est obligatoire que pour les fonctions relatives à l'exercice de l'ordre public. Pour les emplois contractuels, la nationalité n'a aucune importance. La seule condition étant que les candidats maîtrisent au moins une langue nationale", explique encore Selor.

Les plus consultés