Attentat de Berlin : Le niveau de la menace reste à 3 en Belgique

Suite à l'attentat au camion-bélier lundi soir à Berlin qui a fait douze morts et 48 blessés, les autorités belges recommandent la plus grande vigilance mais n’ont pas décidé de relever le niveau de la menace qui reste à 3. "Il n’y a pas d’éléments concrets pour relever le niveau d’alerte à 4" a déclaré le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) sur les ondes de la VRT.
Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

Le ministère allemand de l'Intérieur a qualifié mardi matin "d'attentat" le carnage provoqué par un camion sur un marché de Noël, qui a fait douze morts la veille, sans apporter de précisions sur le suspect et ses motivations.

En Belgique, le niveau d'alerte 3 sur une échelle de 4 signifie qu’un attentat reste possible et probable mais qu’aucun objectif précis n’a été ciblé.
"Le niveau 3 de la menace est déjà l’avant dernier niveau d'alerte mais pour arriver au niveau 4, il faut des éléments concrets et ce n'est pas le cas" a déclaré Jan Jambon ce mardi matin dans l’émission "De ochtend" (VRT).

"Mes pensées vont aux victimes et à leurs proches, c’est terrible. En cette période précédant la Noël ce n’est pas ce que vous avez envie de vivre. Je peux imaginer ce que vit actuellement mon collègue allemand Thomas de Maizière" ajoute encore Jan Jambon.

"La tradition des marchés de Noël fait partie de l’Allemagne. Cela touche ce pays dans son cœur".

"Même sans l’attentat de Berlin, les marchés de Noël et les patinoires étaient déjà considérés comme des cibles potentielles.

Les événements à Berlin sont incroyablement regrettables, mais pas de nature à modifier les mesures de sécurité prises pour les softs targets tels que les marchés de Noël ou les patinoires en Belgique, a indiqué le ministre de l'Intérieur.

Echanges d’informations

Jan Jambon n’exclut pas que notre pays puisse venir en aide à l’Allemagne. "Peut-être pouvons-nous proposer certains renseignements dans le cadre de l’enquête. Il y a eu récemment un échange d’informations entre les deux pays, spécifiquement concernant les marchés de Noël. Nous sommes continuellement en contact" explique le ministre de l'Intérieur.

Jan Jambon explique également: "les marchés de Noël ont déjà été des cibles, ce n'est pas impossible. Nous avons demandé à la police locale d'être extrêmement vigilante. Car cette sécurité est avant tout du ressort des polices locales. Les autorités locales sont en concertation avec le Centre de crise, et c'est la meilleure stratégie. Mais après l'attaque de Berlin, je pense que les autorités locales vont certainement réexaminer la chose".
 

Aucune victime belge à Berlin

Aucune victime belge, décédée ou blessée, n'est à déplorer à la suite de l'attentat perpétré sur le marché de Noël de Berlin, selon les premiers bilans, a indiqué Didier Vanderhasselt, le porte-parole du SPF Affaires étrangères mardi peu après minuit.Les Affaires étrangères restent en contact étroit avec les autorités locales via l'ambassade, a ajouté M. Vanderhasselt.